Vaccin contre le Covid-19 : certains soignants d'Ehpad préfèrent attendre

Une femme avait l’habitude d’emprunter une route près de Roanne (Loire), pour rendre visite à son père en Ehpad. Mais depuis trois semaines, son père est isolé, avec interdiction formelle de visite pour les familles, à cause de cas de Covid-19, détectés chez le personnel. "Mon père tient le coup. Il y a des jours où il est souriant, optimiste, et il y a des jours où il s’effondre. Puisqu’il a été vacciné, pour lui, il a fait ce qu’il fallait. C’est dur pour eux, c’est dur pour nous. On a peur que ça s’éternise", confie cette témoin anonyme. "En tant que soignant, il faut se poser les bonnes questions" 80 % des résidents de l’Ehpad sont vaccinés, mais seulement 12 soignants sur 45. La pilule est difficile à avaler, mais cette fille de résident ne jette pas la pierre aux soignants. Elle appelle toutefois à la réflexion : "Je pense que c’est la responsabilité de chacun. (…) Je pense qu’en tant que soignant, il faut se poser les bonnes questions, c’est-à-dire : est-ce que je fais un devoir civique en le faisant ? Et est-ce que je les protège un peu plus ?" Alors pourquoi cette réticence ? Les soignantes de cet Ehpad, jointes par franceinfo, ne se disent pas anti-vaccin, mais préfèrent encore attendre.