Vaccin contre le coronavirus : Philippe Douste-Blazy exhorte à la patience

"S’il y a un vaccin, c’est une extraordinaire nouvelle, mais il faut rester prudent. Les anticorps que fabrique le vaccin de Pfizer commencent à baisser au bout de deux mois", relativise Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de la Santé, sur franceinfo, lundi 9 novembre. "Que toutes les Bourses du monde deviennent euphoriques pour un communiqué de presse sans experts indépendants, c’est fou. Il faut attendre pour voir si l’immunité reste et la contre-attaque éventuellement violente du virus", explique l'ancien secrétaire général adjoint de l’ONU. "Et conserver un vaccin à - 80°C n’est pas simple", ajoute l'auteur du livre Maladie française - Pandémie : et pourtant tout avait été préparé ! Ne pas oublier la recherche publique "Il faut respecter les chercheurs publics. Et le laboratoire allemand BioNTech, qui travaille avec Pfizer, a reçu beaucoup d’argent public allemand. S’il y a des milliards de dollars de bénéfices à la sortie, j’espère qu’on n’oubliera pas les universités et les laboratoires publics sinon ce sera une honte", conclut Philippe Douste-Blazy.