Vaccin contre le coronavirus: derrière la polémique Sanofi se cache un bras de fer avec l'Europe

Corinne Lepage

La position de Sanofi de favoriser la population américaine au détriment de la population française concernant un futur vaccin contre le coronavirus a scandalisé à juste titre nombre de nos concitoyens. En réalité, il s’agit d’un bras de fer avec les gouvernements européens en général et le gouvernement français en particulier. Pour le comprendre, il faut se replonger dans le passé et plus précisément dans le précédent H1N1.

En préambule, on ne peut exclure que l’idée avancée par Paul Hudson de privilégier les Etats-Unis en cas de découverte d’un vaccin contre le coronavirus soit une énorme bourde.

Néanmoins au regard de la gestion de la crise H1N1, on ne peut exclure une forme de lobbying de la part de Sanofi qui semble étayé par les propos d’Olivier Bogillot, président de Sanofi France, qui réclame “que l’UE soit aussi efficace en nous aidant à mettre à disposition très vite ce vaccin” indiquant être en “pourparlers” avec les autorités européennes, la France et l’Allemagne.

De quelle efficacité s’agit-il? Le débat réel est celui de la responsabilité du fabricant de vaccins. En Europe, la responsabilité de la qualité, de la sécurité et de l’efficacité d’un médicament pour les indications autorisées incombe au fabricant.

Lors de la pandémie H1N1 -en mai 2009- l’OMS déclarait que la grippe H1N1 ne causait qu’une affection légère qui allait perdurer. Roselyne Bachelot prend la décision de commander 94 millions de doses de vaccins auprès de 4 laboratoires GSK (350 millions d’euros soit 7 euros HT la dose), Sanofi-Pasteur (175 millions soit 6,25 euros), Novartis (149,4 millions soit 9,34 euros) et Baxter (500.000 euros soit 10 euros). Roselyne Bachelot avait indiqué un calendrier prévisionnel de 5,1 millions de doses livrées au mois d’octobre, 5,4 au mois de novembre, 45,5 au mois de décembre. En octobre 2009, elle résilie la moitié des commandes, baissant de 350 millions d’euros la facture.

Cette commande de 94 millions de doses par Roselyne Bachelot est intervenue à...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post