Le vaccin chinois au secours des Balkans

·1 min de lecture

Il y a la Serbie qui plastronne, et les autres pays des Balkans qui s’impatientent. Ceux qui comptaient sur la solidarité européenne et le mécanisme COVAX pour obtenir les précieux vaccins ne voient toujours rien venir. La Serbie, par contre, affiche le second meilleur taux de vaccination du continent européen. Grâce au vaccin chinois Sinopharm.

Jeudi 4 février, 495.000 Serbes avaient reçu au moins une première injection, soit un peu plus de 7% des sept millions d’habitants du pays. En Europe, la Serbie n’est dépassée que par le Royaume-Uni, ses dominions de Gibraltar et de Man ainsi que par les îles Féroé. Cet inattendu succès a une explication très simple : Belgrade a fait le choix de passer des commandes auprès de tous les fournisseurs. Le vaccin Pfizer-BioNtech est arrivé le premier, permettant de lancer la campagne de vaccination dès le 25 décembre. Ensuite, sont venus le russe Sputnik V puis surtout, à partir de la fin du mois de janvier, des stocks massifs du chinois Sinopharm. Jour après jour, les médias proches du régime saluent ce " succès exceptionnel " et la Serbie pourrait même bientôt lancer la production de Sputnik V sur son sol. Les autorités justifient cette stratégie d’achats tous azimuts, répétant inlassablement la même antienne: " Le meilleur vaccin, c’est celui qui est disponible ". Lyrique, le président Vucic n’a pas manqué de saluer l’amitié du " grand frère chinois ", qui ferait contraste à l’égoïsme de bien d’autres : " Le monde a heurté un...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi