Le vaccin BioNTech/Pfizer "neutralise" une mutation "clé" des variants britannique et sud-africain

·2 min de lecture

Le laboratoire BioNTech a confirmé vendredi que le vaccin contre le Covid-19 de BioNTech/Pfizer semble efficace contre une "mutation clé" des variants britannique et sud-africain.

Le vaccin contre le Covid-19 de BioNTech/Pfizer semble efficace contre une "mutation clé" des variants britannique et sud-africain du coronavirus, selon le résultat de travaux communiqués vendredi par le laboratoire BioNTech. "Les anticorps des personnes ayant reçu le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 neutralisent efficacement le SRAS-CoV-2 avec une mutation clé qui se trouve également dans deux souches hautement transmissibles" identifiées en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, indique le laboratoire dans un communiqué.

L'une des limites de cette étude succincte, soulignée par les auteurs eux-mêmes, est qu'elle ne porte pas sur l'ensemble des mutations présentes sur ces variants. Elle ne suffit donc pas à conclure que l'efficacité du vaccin sera la même contre les variants que contre le virus classique. L'émergence au Royaume-Uni et en Afrique du Sud de ces deux nouveaux variants du coronavirus Sars-CoV-2 inquiète la communauté internationale en raison de sa plus forte transmissibilité, selon les premières données.

La nouvelle variante comporte notamment une mutation, nommée N501Y, au niveau de la protéine Spike (spicule) du coronavirus, la pointe qui se trouve à sa surface et lui permet de s'attacher aux cellules humaines pour les pénétrer, jouant donc un rôle clé dans l'infection virale.

"Aucune réduction de l'activité de neutralisation"

Pour tester l'efficacité du vaccin, les équipes de Pfizer/BioNTech associées à l'université de médecine du Texas ont développé un coronavirus porteur de cette mutation puis ont prélevé des échantillons de sang de vingt personnes qui avaient reçu le vaccin Pfizer/BioNTech, l'un des vaccins contre le Covid-19 actuellement distribué dans de nombreux pays. Ils n'ont trouvé "aucune(...)


Lire la suite sur Paris Match