Vaccin AstraZeneca : "On répète aux patients que le bénéfice est supérieur au risque"

·1 min de lecture

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mercredi que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme effet secondaire "très rare" du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19. Elle est cependant d'avis que le vaccin devrait continuer à être utilisé car la balance bénéfice/risque reste "positive". Même si aucun facteur de risque spécifique, comme par exemple l'âge, n'a été identifié, les doses sont, en France et dans plusieurs autres pays d'Europe, réservées au plus de 55 ans. Mais ces cas de thrombose, bien que rares, inquiètent aussi les patients éligibles. Sur le terrain, les soignants tentent de leur redonner confiance. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mercredi 7 avril

"On va faire notre travail à distance"

"On va faire notre travail habituel. Quand on prescrit un médicament nouveau aux patients, on leur explique les avantages et les inconvénients de ce médicament. C’est une discussion qu’on est très habitués à avoir", explique le docteur Jacques Battistoni, président du syndicat de médecins MG France, au micro d'Europe 1. Depuis la brève suspension du vaccin AstraZeneca en mars, les conversations de ce type se sont multipliées. "On répète que le bénéfice est bien supérieur au risque", appuie-t-il. 

>> Retrouvez Votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

Avant de publier son avis mercredi, l'EMA a effectué un examen "approfondi" de 86 cas signalés, dont 18 mortels, sur environ 25 millions de personnes ...


Lire la suite sur Europe1