Vaccin AstraZeneca : les essais cliniques ne trouvent pas de risque accru de thrombose

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·1 min de lecture

Après sa suspension temporaire la semaine derrière, le vaccin d'AstraZeneca est à nouveau autorisé en France. L'Agence européenne des médicaments (EMA) a rendu son verdict jeudi dernier et estime que les bénéfices de la formule élaborée en collaboration avec l'université d'Oxford sont toujours plus importants que les risques associés. Néanmoins, il est désormais réservé aux plus de 55 ans en France, car ce sont les personnes les plus jeunes qui présentent le plus de syndromes pseudo-grippaux, un des effets secondaires du vaccin. AstraZeneca a publié un communiqué de presse sur les résultats intermédiaires, non publiés, de la phase III des essais cliniques de son vaccin.

Le vaccin AZD1222 est un vaccin à vecteur viral. Il est composé d'un adénovirus de singe affaibli qui porte la protéine S du SARS-CoV-2. Après la vaccination, les cellules expriment la protéine S pour stimuler le système immunitaire. © BillionPhotos.com, Adobe Stock
Le vaccin AZD1222 est un vaccin à vecteur viral. Il est composé d'un adénovirus de singe affaibli qui porte la protéine S du SARS-CoV-2. Après la vaccination, les cellules expriment la protéine S pour stimuler le système immunitaire. © BillionPhotos.com, Adobe Stock

Pas de risque accru de thrombose

Ce dernier a été mené auprès de 30.000 personnes, dont 20.000 pour le groupe vaccinal et 10.000 pour le groupe placebo. Le groupe vaccinal a reçu deux doses du vaccin AZD1222 espacées de 4 semaines, et le groupe placebo une solution saline selon le même calendrier. Une centaine de cas de Covid-19 se sont déclarés pendant les essais. L'efficacité du vaccin pour prévenir la Covid-19 symptomatique dans la population générale est de 79 %, et de 80 % pour les 65 ans et plus. Il est également efficace à 100 % pour prévenir les formes sévères de la maladie et les hospitalisations.

Un comité scientifique indépendant a suivi de près l'apparition d'événements thromboemboliques et notamment de thrombose veineuse cérébrale. Il s'agit d'une maladie où des caillots de sang, ou thrombus, bloquent l'afflux sanguin dans les sinus veineux du cerveau. Ce comité, épaulé par un neuroscientifique, n'a pas observé un risque accru d'événements thromboemboliques dans le groupe vaccinal. Aucune thrombose veineuse cérébrale n'a été...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura