Vaccin AstraZeneca : une deuxième dose différente, ça marche vraiment ?

·2 min de lecture

Le vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca n'est plus proposé aux moins de 55 ans. La Haute autorité de santé (HAS) recommande de vacciner avec une deuxième dose différente. Ce procédé permet-il une protection optimale ? Décryptage.

Elles savent désormais comment poursuivre leur vaccination. Les 533.000 personnes de moins de 55 ans qui ont reçu une première dose du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 devront se faire vacciner, en deuxième dose, avec un vaccin à ARN messager, c'est-à-dire soit celui de Moderna, soit celui de Pfizer/BioNtech, selon les recommandations de la (HAS). Le vaccin avait d'abord été autorisé le 29 janvier 2021 en Europe par l'Agence européenne du médicament (EMA) pour les moins de 65 ans, avant d'être recommandé pour des personnes plus âgées. Après l'apparition de rares cas de thromboses, plusieurs pays ont choisi de limiter son utilisation. Parmi nos voisins européens, l'Allemagne a été la première à recommander des vaccinations croisées pour les personnes ayant reçu une première dose. Une stratégie sans conséquence pour la protection contre le SARS-CoV-2, le virus responsable du Covid-19, selon la HAS.

Pourquoi ne pas avoir terminé le schéma vaccinal avec une deuxième dose d'AstraZeneca pour les 533.000 personnes ayant déjà reçu une première dose ? La HAS explique que seules 367 personnes avaient reçu deux doses d'AstraZeneca avant que le vaccin ne soit plus recommandé aux moins de 55 ans. Un nombre beaucoup trop faible qui ne permet pas de connaître le niveau de risque à la seconde dose d'AstraZeneca. Et impossible de connaître le niveau de protection d'une seule dose sur le long terme. Voilà pourquoi une deuxième dose s'avère indispensable.

Deux études rassurantes sur la souris

Par le passé, le croisement de deux doses différentes a été fait dans le cadre d'autres maladies, comme le VIH ou Ebola. En revanche, la stratégie de vacciner avec deux produits différents n'a pas encore été étudiée chez l'Homme dans le Covid-19. Pour rendre son avis, la HAS s'est appuyée sur des données obtenues chez l'animal, qui sont les seules disponibles pour le moment.

Deux études ont été menées chez la souris avec des schémas vaccinaux similaires à ce qui est proposé aujourd'hui. La [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi