Vaccin anti-Covid: le gouvernement cherche l'adhésion des Français

·2 min de lecture

Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran se sont rendus samedi à Tarbes dans un centre de vaccination. Objectif : faire le service après-vente de la stratégie de montée en puissance de la campagne de vaccination.

Jean Castex veut convaincre les Français. Il a donc une nouvelle fois affirmé sa volonté d’aller « vite » mais avec « sérieux ». Et surtout, il a voulu marquer les progrès réalisés ces derniers jours sur un point particulier : l’adhésion des Français à la vaccination. « Ce taux d’adhésion augmente et c’est tout à fait satisfaisant parce qu’évidemment c’est l’objectif majeur. »

Mais pour vacciner tous les Français qui le souhaitent, il faut accélérer le rythme. C’est ce qu’Emmanuel Macron a demandé à son gouvernement.

Olivier Véran s’est donc réjoui de la montée en puissance des derniers jours : « Nous passerons probablement le cap symbolique des 100 000 Français vaccinés dans le week-end et nous accentuerons à partir de la semaine prochaine.»

À lire aussi : Vaccin anti-Covid: «très, très difficile» d’évaluer la capacité de production

Le ministre de la Santé a promis l’arrivée de 500 000 doses supplémentaires de vaccin Pfizer cette semaine et la semaine prochaine et de 50 000 doses de Moderna à partir de lundi. Olivier Véran a aussi répondu aux inquiétudes sur la décision de repousser l’injection de la deuxième dose.

« Ce que nous dit l’Agence nationale de sécurité du médicament, c’est qu’il n’y a pas de perte de chance, pas de perte d’efficacité et pas de sur-risque pour les patients s’ils sont vaccinés à 6 semaines au lieu de 3. »

Aller plus vite pour montrer que la logistique est à la hauteur sans aller trop vite pour ne pas sacrifier la sécurité, c’est le défi du gouvernement.

À écouter et à lire aussi : Campagne de vaccination: le gouvernement a-t-il peur des juges ?