Vaccin anti-Covid: après l’arrêt des exportations d'Inde, des retards pour Covax

·2 min de lecture

C'est le vaccin anti-covid qui doit permettre de sortir au plus vite de la pandémie. Mais c'est aussi celui qui suscite le plus de commentaires, et un nouveau contretemps pour AstraZeneca. Face à la flambée de nouveaux cas, l'Inde annonce qu'elle suspend l'exportation du vaccin fabriqué sur son sol pour donner la priorité à sa population. Plus d'un an après le début de la pandémie, les variants semblent avoir eu raison de la solidarité internationale.

De notre correspondant à Genève Jérémie Lanche

Les premiers pays victimes sont le Maroc, l'Arabie saoudite, le Brésil et même le Royaume-Uni. Tous ces pays qui devaient recevoir des millions de doses du vaccin produit par le Serum Institute of India ne seront pas livrés à temps. D'après l'agence Reuters, l'Inde ne devrait plus exporter aucune dose avant d'avoir stabiliser sa situation épidémiologique. Et cela pourrait prendre 2 à 3 mois.

►À lire aussi: Vaccin contre le Covid-19: l’ONU plaide pour un accès équitable au Covax

C'est assurément un revers pour le programme Covax de l'OMS, hyper dépendant de la production indienne. Sur les 31 millions de doses déjà livrées aux pays à faible revenus, plus de la moitié sont fabriquées en Inde.

Des pays n’ont rien reçu

Des pays qui connaissent parmi les plus graves crises humanitaires, comme le Yémen, la Syrie ou le Soudan du Sud n'ont toujours rien reçu. Et on ne voit pas très bien quand ils seront livrés. La chasse aux exportations tend à se généraliser.

En Italie, quelques 30 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca ont été saisies près de Rome, de peur qu'elles soient exportées en dehors du continent. Mais AstraZeneca a depuis assuré qu'il s'agissait de doses destinées au programme Covax.