Vaccin anti-Covid: accélérer sans renoncer aux priorités, la ligne de crête du gouvernement

·Chef de rubrique Science et Environnement
·2 min de lecture
Vaccin anti-Covid: accélérer sans renoncer aux priorités, la ligne de crête du gouvernement

SCIENCE - Toujours plus vite, toujours plus loin. C’est ce qui définit la position du gouvernement sur la vaccination ces dernières semaines. Après le seuil des 20 millions de primovaccinés franchi pile samedi 15 mai, Jean Castex a rappelé le prochain objectif. D’ici au 15 juin, 30 millions de Français devront avoir reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19.

Et pour s’assurer d’arriver à cet objectif, le gouvernement a décidé d’ouvrir plus tôt que prévu la vaccination à l’ensemble des adultes dès le 31 mai (le 24 pour les professions prioritaires).

Une décision étonnante, car si l’on regarde le nombre cumulé de vaccinés et que l’on fait une simple projection, il semblerait que les 30 millions d’ici au 15 juin sont aisément atteignables (Doctolib table pour sa part sur le 14 juin si l’on reste à ce rythme). D’autant que dans le même temps, la France aura reçu plus de 16 millions de doses de vaccin. Pour autant, le diable se cache dans les détails.

Des jeunes qui se vaccinent déjà beaucoup

Si l’on regarde en détail le nombre d’injections quotidiennes par classe d’âge, on se rend compte que les moins de 50 ans se vaccinent de plus en plus depuis les ouvertures partielles (le 1er mai en raison de comorbidités et le 11 mai pour les rendez-vous encore disponibles du jour ou du lendemain). De plus, l’absence de pièce justificative pour se faire vacciner permet également à beaucoup de personnes non éligibles de tricher.

Sur la journée du 19 mai, 168.626 personnes de 50 ans et plus ont été vaccinées, contre 278.716 en dessous de cet âge. Un chiffre en hausse continue ces derniers temps. Dans le même ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.