Vaccin anti-Covid-19 : la double stratégie du Sénégal

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
Le ministre sénégalais de la Santé a indiqué que son pays est en train de se préparer pour la vaccination à l'échelle nationale, les cibles prioritaires étant le personnel de santé, les personnes qui ont des comorbidités, les personnes âgées et les forces de sécurité.
Le ministre sénégalais de la Santé a indiqué que son pays est en train de se préparer pour la vaccination à l'échelle nationale, les cibles prioritaires étant le personnel de santé, les personnes qui ont des comorbidités, les personnes âgées et les forces de sécurité.

Le Sénégal a franchi la barre des 500 morts du Covid-19. La nouvelle est largement commentée sur les réseaux sociaux et fait la une des journaux parus ce vendredi 15 janvier, car le pays était jusqu'à présent relativement préservé comme de nombreux États d'Afrique. Mais, désormais, il doit faire face à une deuxième vague et surtout son système sanitaire est mis à rude épreuve. Qu'est-ce qui a donc changé ? Comme dans de nombreux pays africains, au début de la pandémie, le Sénégal a pris des mesures assez strictes en termes de couvre-feu, de confinement, avec l'état d'urgence, etc. Cependant, au fil des semaines, la pression économique et sociale a entraîné un assouplissement de ces mesures. « La situation de la pandémie est devenue très difficile pour les populations et les soignants, avec des centaines de nouvelles contaminations enregistrées chaque jour dans le pays », a déclaré dimanche le directeur du Samu national, le professeur Mamadou Diarra Bèye. « Ce qui fait que le nombre de lits se met très rapidement en tension », a-t-il fait remarquer, se réjouissant néanmoins du maintien du taux de létalité en dessous de 2,5 %.

À LIRE AUSSICovid-19 : Dakar réagit (mal) au couvre-feu

La course aux vaccins lancée

Aujourd'hui, le gouvernement est obligé d'intervenir à tous les niveaux. Il a réinstauré un couvre-feu nocturne depuis janvier, parmi d'autres mesures, et travaille à la vaccination des publics prioritaires, ont dit des responsables de la santé. Mercredi [...] Lire la suite