Vaccin à ARN messager contre le virus du Sida : comment ça marche et pourquoi est-ce compliqué ?

·2 min de lecture

Après le Covid-19, Moderna teste un vaccin à ARNm contre le VIH, le virus du Sida. Après 30 ans de recherche, il se pourrait que cette nouvelle plateforme apporte enfin un espoir dans la lutte contre cette maladie.

Après le Covid-19, l'infection par le virus du Sida (VIH) pourrait-elle être efficacement prévenue par les vaccins à ARNm ? C'est , en collaboration avec l'International AIDS Vaccine Initiative (IAVI) et la fondation Bill et Melinda Gates, dont un candidat vaccin entre en phase 1 d'essais cliniques (sur l'humain) en 2021.

Covid-19 vs VIH : deux cibles très différentes

"Comment se fait-il qu'un vaccin contre le Covid-19 ait pu être développé si vite, alors qu'en 30 ans les chercheurs n'ont pas abouti sur le Sida ?". La question est souvent entendue. Grâce à des investissements colossaux, une collaboration scientifique et administrative mondiale et une prise de risque financière considérable, plusieurs vaccins très efficaces contre le Covid-19 ont en effet vu le jour en seulement un an. Il serait cependant faux de dire que la recherche du vaccin contre le VIH piétine là où celle contre le Covid-19 a galopé. "La recherche d'un vaccin contre le VIH nous a plus appris sur la manière de développer des vaccins de nouvelle génération que toute autre entreprise scientifique. Ce n'est que grâce à cela que nous avons pu développer les vaccins Covid aussi rapidement", rappelle Mark Feinberg, président et directeur général de l'IAVI, auprès de , plateforme de news scientifique dédiée au Sida.

Lire aussi

Mais au-delà de l'investissement condensé, la différence entre les deux virus est principalement biologique. Là où le SARS-Cov-2 du Covid-19 mute lentement et provoque en quelques jours ou semaines des symptômes et une réaction immunitaire parfois hypertrophiée (les fameux orages cytokiniques), le VIH causant le Sida est bien plus insaisissable. Après l'infection, il peut se passer 10 ans avant que les premiers symptômes n'arrivent, et en se cachant dans nos cellules immunitaires, le virus laisse notre organisme impuissant.

Contrairement au SARS-CoV-2, le VIH est un "rétrovirus" qui s'intègre à l'ADN de son hôte. Le vaccin, pour être efficace, doit donc interrompre tout à fait l'[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles