Non vaccinés, leurs vacances en août remises en question

·5 min de lecture
De nombreux Français toujours pas vaccinés <a href=
De nombreux Français toujours pas vaccinés

ont été pris de court en apprenant qu’à partir du 1er août prochain, il allait falloir présenter un pass sanitaire pour aller au restaurant, prendre un verre dans un bar, visiter un musée, ou encore aller au cinéma. (Photo d'illustration) (Photo: Vladimir Vladimirov via Getty Images)" data-caption="De nombreux Français toujours pas vaccinés ont été pris de court en apprenant qu’à partir du 1er août prochain, il allait falloir présenter un pass sanitaire pour aller au restaurant, prendre un verre dans un bar, visiter un musée, ou encore aller au cinéma. (Photo d'illustration) (Photo: Vladimir Vladimirov via Getty Images)" data-rich-caption="De nombreux Français toujours pas vaccinés ont été pris de court en apprenant qu’à partir du 1er août prochain, il allait falloir présenter un pass sanitaire pour aller au restaurant, prendre un verre dans un bar, visiter un musée, ou encore aller au cinéma. (Photo d'illustration) (Photo: Vladimir Vladimirov via Getty Images)" data-credit="Vladimir Vladimirov via Getty Images" data-credit-link-back="" />

VACANCES - Sandrine et son mari sont restaurateurs en Indre-et-Loire. Leurs vacances avec leur fils de 12 ans et demi sont attendues depuis des mois après une année difficile. Mais, depuis les annonces d’Emmanuel Macron le 12 juillet, le couple songeait à changer ses plans. S’ils sont vaccinés, leur fils ne l’est pas encore et ne pourra l’être totalement avant leur départ le 11 août prochain.

De nombreux Français toujours pas vaccinés ont été pris de court en apprenant qu’à partir du 1er août prochain, il allait falloir présenter un pass sanitaire pour aller au restaurant, prendre un verre dans un bar, visiter un musée, ou encore aller au cinéma.

Sandrine attendait anxieusement au lendemain des annonces, les explications promises du gouvernement. Si les tests PCR avaient été obligatoires, Sandrine et son mari avaient prévu d’annuler leur séjour dans le camping avec piscine, restaurants et aux multiples activités sportives. “Nous avions réfléchi à louer un camping car par exemple et à prendre à emporter au restaurant”.

“Je n’ai pas eu le temps de prendre rendez-vous”

Invité au 20 heures de France 2, le 13 juillet, Olivier Véran a apporté les précisions tant attendues: pour les adolescents de 12 à 18 ans, le pass sanitaire ne sera pas exigé avant le 30 août. Ils auront jusqu’à la fin août pour présenter un schéma vaccinal complet. Dit autrement, ils ont jusqu’à début août pour faire leur première dose. Ce sera donc bon pour le couple de restaurateurs et leur fils.

Pour d’autres, les éclaircissements apportés par Olivier Véran et Gabriel Attal un peu plus tôt dans la journée ne changent pas les perspectives contrariées de leur été. Lou est une étudiante de 19 ans. “Cela fait plusieurs mois que je les prévois, ces vacances sont pour moi, et je pense pour beaucoup d’autres, l’événement qui va pouvoir me faire décompresser de cette année difficile.”

La jeune femme qui vit dans l’Aube près de Troyes se décrit “comme exemplaire vis-à-vis du Covid”. “Ça fait plus d’un an que je ne fais aucune fête. Je ne vois pratiquement pas mes amis”, raconte-t-elle, énumérant au passage les gestes barrière qu’elle dit respecter scrupuleusement. Mais Lou n’est pas vaccinée.

Le décès d’un de ses proches, des amis qui ne vont pas bien, son permis de conduire qu’elle prépare, ses examens, les raisons qu’elle invoque sont nombreuses. “Je n’ai pas eu le temps de prendre rendez-vous tout simplement”, résume-t-elle finalement.

“Cette prise de tête n’est pas vraiment ma définition des vacances”

Les annonces du président auront eu l’effet escompté sur ce public pas franchement réfractaire à la vaccination mais malgré tout un peu méfiant à l’égard de ces injections. Sandrine comme Lou ont rapidement pris rendez-vous pour obtenir un pass sanitaire complet d’ici la fin du mois d’août.

Dès le 12 juillet au soir, comme beaucoup, Sandrine s’est donc connectée sur Doctolib pour finalement prendre rendez-vous pour son fils. “Si nous nous sommes rapidement fait vacciner avec mon mari, nous voulions attendre pour faire vacciner notre fils, notamment pour voir comment le vaccin était toléré par cette classe d’âge”, explique-t-elle.

Les données disponibles après les injections des vaccins Pfizer et Moderna à des millions de jeunes Américains sont rassurantes. “Finalement, j’ai pris rendez-vous le 26 juillet juste après son stage de sport. Il y avait des rendez-vous plus tôt mais comme ça, cela n’aura pas de conséquences sur le stage de sport qu’il réalise en juillet.”

Le jeune adolescent n’est pas franchement ravi de ce rendez-vous. “Il était en colère. Nous nous sommes sentis piégés, pris dans un étau pour le faire vacciner alors que nous ne voulions pas le faire si tôt”, ne décolère pas Sandrine. La deuxième dose lui sera injectée à leur retour de vacances, le 23 août.

Lou, elle aussi, a finalement pris rendez-vous le 23 juillet puis le 16 août pour ses deux injections. Début août, elle partira pour la Charente-Maritime malgré tout. Elle se prépare à des vacances avec une nouvelle routine “Je vais devoir faire un test PCR à chaque fois que l’envie me prendra d’aller dans un bar...et cette prise de tête n’est pas vraiment ma définition des vacances”.

À voir également sur Le HuffPost : Ces publics qui auront droit à plus de souplesse, selon le gouvernement

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles