Les vacances vont doubler pour les salariés mexicains… de six à douze jours par an

Courrier international

Les députés mexicains travaillaient toujours, mardi 6 décembre, sur la réforme du droit du travail, à marche forcée… avant leurs vacances parlementaires, le 15 décembre. La réforme, désormais connue sous le nom de “vacances dignes”, porte de six à douze jours par an les congés payés auxquels les salariés mexicains auront droit.

Déjà adoptée par le Sénat, elle doit désormais être validée au plus vite par les députés – avant de revenir au Sénat pour valider les retouches de la Chambre – afin d’entrer en vigueur le 1er janvier prochain comme prévu.

Nul ne doute qu’elle sera adoptée, car elle est soutenue par le parti au pouvoir, Morena (Mouvement de régénération nationale) du président de gauche Andrés Manuel López Obrador, qui, avec ses alliés, dispose d’une majorité absolue.

Aux futurs douze jours au bout d’un an dans une entreprise s’ajouteront durant cinq ans deux jours supplémentaires chaque année, jusqu’à atteindre vingt jours de congés.

La loi mexicaine n’avait pas changé depuis 1970 et la proposition de réforme “vacances dignes” est venue il y a bientôt un an, en février 2022, d’un petit parti social-démocrate, Mouvement citoyen – 24 députés sur 500 et 8 sénateurs sur 128 – puis a été reprise par Morena.

La fatigue due au stress au travail

Mais les discussions avec le patronat ont été longues. “Les chefs d’entreprise, rappelle El País México, se sont battus pour une application plus échelonnée avec une augmentation à seulement neuf jours en 2023, pour arriver à douze jours en 2026.”

Le site poursuit :

“Lors des discussions [parlementaires], les élus ont souligné que 75 % des Mexicains souffraient de fatigue due au stress au travail, plus que dans des pays comme la Chine ou les États-Unis, et qu’il était donc nécessaire de changer la vision du travail pour améliorer les conditions de vie des citoyens.”

Par ailleurs, même si beaucoup de grandes entreprises ont négocié des semaines de 40 heures, la règle générale du travail hebdomadaire reste de 48 heures par semaine.

Moyennant quoi les Mexicains, explique le site Animal Político, “travaillent 2 137 heures par an, 24 % de plus que la moyenne” de l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiques, qui compte 38 pays développés. Ce qui n’empêche pas le pays d’avoir une faible productivité : “Son PIB est au-dessous de la moyenne.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :