Vacances : le secteur du tourisme particulièrement touché par la crise sanitaire

Aux Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône), en Camargue, les rares touristes cherchaient à éviter la foule, samedi 26 décembre. Dans la ville et ses alentours, une quinzaine d'hôtels et de chambres d'hôtes attendent encore leurs clients. Dans l'hôtel La Casa Marina, 40% des chambres seulement sont occupées alors qu'il affiche complet d'habitude pendant les fêtes de fin d'année. "On n'a pas d'étrangers, quasiment pas, beaucoup de gens qui viennent de Lyon, de Grenoble", explique Stéphane Cavailhès, responsable de l'hôtel. Financièrement pas rentable À Fort-Mahon (Somme), le responsable de l'hôtel La Terrasse, qui propose 60 chambres, a dû sacrifier les vacances de Noël. L'établissement est complètement fermé, faute de touristes. "Il faut au moins deux réceptionnistes, au moins deux femmes de chambre, il faut même quelqu'un pour préparer les petits-déjeuners, les repas en chambre... Pour une dizaine de chambres réservées, ce n'est financièrement pas rentable", justifie le directeur, Matthieu Gonsseaume. Dans les Alpes-Maritimes, à Valberg, les luges étaient de sortie, et malgré les restrictions, certains touristes n'ont pas hésité à troquer les skis contre les raquettes.