Vacances : le secteur du nautisme subit aussi l'augmentation du prix de l'énergie

Les vacances sont aussi l'occasion de découvrir les sports nautiques, mais pas à n'importe quel prix. L'inflation oblige le secteur à s'adapter. Une balade en bateau, une petite croisière d'une heure ou une leçon de ski nautique... Autant d'activités dont les coûts ont tendance à exploser. Le coupable est tout trouvé : le carburant , dont les prix flambent. Les professionnels cherchent la parade.

Diversifier les activités ou augmenter les tarifs

À Sainte-Maxime, l'essence avoisine les 2,70 euros le litre sur le port. Mais Laurent, qui gère une base nautique, ne veut pas augmenter ses prix. "On a fait le choix d'expliquer très clairement aux clients que nous allions réduire un peu les temps. Par exemple, un tour de bouée tractée dure en général quinze minutes, nous l'avons ramené à douze minutes sans changer de tarification. Notre marge va baisser au minimum de 30%, ce qui est énorme."

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Pour limiter la casse, le gérant met aussi en avant des activités non motorisées comme le paddle , le kayak ou le pédalo. Mais d'autres professionnels qui ne diversifient pas leur activité n'ont pas d'autre choix que d'augmenter les prix. C'est le cas de Jérémie qui organise des sorties de pêche sur le littoral de Saint-Jean-de-Luz. "Le prix du gazole a doublé par rapport à l'année dernière et je n'ai pas pu doubler la prestation du client. Évidemment, il y a des gens qui travaillent toute une année po...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles