Vacances scolaires : Macron veut une rentrée "dès le 20 août" pour les élèves "qui en ont besoin"

Interviewé dans les colonnes du Point, le chef de l'État a abordé la question de la longueur des vacances scolaires, qu'il juge depuis quelque temps trop longues. Selon lui, des élèves en difficulté pourraient effectuer leur rentrée plus tôt dans le mois d'août pour rattraper leurs lacunes.

"Il y a trop de vacances, et des journées trop chargées". Alors que l'exécutif a entamé sa rentrée avec un Conseil des ministres ce mercredi matin, Emmanuel Macron a donné une longue interview à nos confrères du Point.

Parmi les thèmes abordés: l'école, pour laquelle le président prévoit de raccourcir les vacances pour certains élèves en difficultés.

"Les élèves qu'on aura évalués, et qui en ont besoin, il faut qu'on puisse les faire rentrer dès le 20 août pour leur permettre de faire du rattrapage, et nous devons reconquérir le mois de juin pour les élèves qui ne passent pas d'épreuves en fin d'année", a-t-il lancé.

"Sortir des "hypocrisies françaises"

Outre ce projet, Emmanuel Macron veut "sortir des hypocrisies françaises". Le chef de l'État a alors cité le fait que l'on se félicite des "80% d'une classe d'âge au bac", alors qu'un tiers est dans des lycées professionnels dont la situation est "inadmissible". C'est pourquoi, il compte "fermer les formations là où il n'y a pas de débouchés et en ouvrir là où il y a des besoins".

Concernant la réforme du bac, vivement critiquée pour être à l'origine d'un fort absentéisme au lycée en fin d'année, Emmanuel Macron a reconnu qu'"on ne peut pas avoir des épreuves si tôt dans l'année". Il a ajouté que le nouveau ministre de l'Éducation nationale Gabriel Attal annoncerait des "ajustements" dans les prochains jours.

Autre "hypocrisie": considérer qu'"aller à l'université est une fin en soi". Emmanuel Macron a déploré le fait qu'un étudiant sur deux n'allait pas au bout de son premier cycle universitaire.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Pour la rentrée, Borne promet de ne pas augmenter les impôts des ménages