Vacances : les hôteliers appellent à ne plus passer par les plateformes en ligne pour réserver

·1 min de lecture

Au Riesling, un hôtel situé à Zellenberg en Alsace, dès qu’un client réserve une chambre via une plateforme en ligne, Mélanie Bronte intervient. Comme de nombreux hôteliers, frappés de plein fouet par la crise sanitaire du coronavirus, la gérante appelle le client et lui suggère de ne pas passer par la plateforme pour réserver. L’objectif : réduire les frais en ne payant pas de commissions à Booking ou encore Kayak.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Réserver un séjour directement par téléphone ou sur le site Internet d’un hôtel, plutôt que via Booking, Expedia ou encore Kayak se révèle être une pratique gagnant-gagnant. C’est avantageux pour les hôteliers et pour les vacanciers. "Les clients ont accès à un tarif moins cher et une souplesse au niveau de l'annulation. Pour nous, c'est très bien, on ne paye pas de commissions", explique Mélanie Bronte. À chaque réservation sur Booking, la plateforme empoche 15% du montant. "Et cette commission n'est pas taxée en France", précise la gérante du Riesling.

Un moyen d’apporter son soutien aux hôteliers

Les incitations de Mélanie Band, visible aussi sur son site Internet, commencent à porter leurs fruits : 13% seulement des réservations en ce moment sont faites via Booking. Pour Ludovic, venu passer trois jours de vacances avec sa famille, il s’agit également de "soutenir" les gérants des hôtels. "Avec la période de Covid et les fermetures des établissements des restaurants pendant un an, ça a été asse...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles