Ski de fond, raquettes et forêts enneigées... La revanche des petites stations sur les "usines à ski"

Lauriane Delanoë
·1 min de lecture

Ne cherchez pas un hôtel ni un gîte pour les prochains jours à la station de ski des Rousses, à la frontière suisse, dans le Jura. "Malheureusement, tout est complet, je n'ai plus rien à vous proposer. Les gens appellent pour savoir s'il reste de la disponibilité pour le week-end du Nouvel An, explique Ingrid, qui travaille à la centrale de réservation. C'est assez speed parce que ce sont des arrivées et des départs tous les jours. On n'a plus rien, on est remplis à 100%."

100%, c'est-à-dire 6 000 lits pour ce mois de décembre. Les centres de vacances et les remontées mécaniques sont encore fermés à cause du coronavirus, mais il y a plus de clients que les années précédentes pour cette semaine du réveillon.

Du ski de fond plutôt que du ski alpin

Pour les rencontrer, il faut braver la tempête de neige jusqu'aux pistes de ski de fond. "C'est la première fois, pour nous, sourit une vacancière. On a un peu galéré, on a plutôt l'habitude de faire du snowboard..." "Habituellement, complète un autre, on prend quelques jours dans les Alpes. Et comme avec le couvre-feu, le confinement et le Covid, on ne peut pas faire de ski alpin on est passés au ski de fond..." Du ski de fond, de la promenade, en famille, en somme. "C'est très agréable dans la forêt avec les sapins enneigés et tout, ajoute une skieuse. Et on profite beaucoup plus du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi