Vacances de février : les Français hésitent à partir

Dans un hôtel de Cassis (Bouches-du-Rhône), les vacances d’hiver qui approchent n’attirent pas les foules. "On est loin d’être pleins, sur une semaine pour le moment il n’y a aucune réservation, un petit peu la semaine prochaine, et la semaine d’après, même avec la Saint-Valentin, les Français n’ont pas encore réservé", déplore Arnaud Payet, le propriétaire. Le gouvernement tient compte des départs en vacances Les professionnels du tourisme ne perdent pas l’espoir d’un léger frémissement, si aucune mesure n’empêche les Français de partir. "Malheureusement pour nos amis de la montagne qui sont fermés, nous allons probablement avoir un peu plus de monde", espère Guillaume Macheras de Montillet, adjoint au tourisme de la ville, qui prévoit des séjours très courts et de toute dernière minute. Car les incertitudes liées à la crise dissuadent certains de partir. "Il n’y a aujourd’hui pas de restriction dans les déplacements entre régions, tempère Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat chargé du tourisme. Si à un moment, nous sommes amenés à ajuster les dispositifs, naturellement, nous tiendrons compte que des Français sont partis en vacances pour leur permettre de revenir."