Vacances : un été sans saisonniers pour les hôtels et restaurants ?

À La Tranche-sur-Mer (Vendée), 900 000 touristes se pressent en moyenne chaque été. La station balnéaire compte une trentaine de campings et autant de restaurants qui emploient des centaines de saisonniers. Jerôme Abenhaim, restaurateur, doit en recruter une dizaine pour la saison. Il lui manque encore un serveur et trois cuisiniers. Face aux incertitudes liées à la pandémie de Covid-19, certains ne reviendront pas cette année. "On a malheureusement l'exemple de certains, en cuisine et en salles, qui ont décidé de prendre une autre voie professionnelle, et qui ont décidé de changer de métier complètement", explique ce dernier.100 000 salariés manquants Damien Ferrier a travaillé durant 25 ans dans la restauration. Il devait faire une nouvelle saison, mais a trouvé un emploi dans le bâtiment. "Ce que me donne Pôle Emploi et ce que j'ai en factures franches tous les mois, je n'arrivais pas à m'en sortir", explique le père de deux enfants. Avec seulement 39 heures seulement de travail par semaine, il apprécie cette nouvelle vie, sans travail le soir et avec "de vrais week-ends". Dans un restaurant de camping, les préparatifs d'ouverture ont également lieu sans visibilité. Il n'a reçu aucune candidature de saisonniers. Matthieu Roul, le gérant, se demande "si la saison va être pleine", reconnaissant que "sans saisonniers, on n'est pas grand-chose". Selon l'Union des métiers de l'hôtellerie, 100 000 salariés manqueraient pour la réouverture des établissements.