"On va pas les laisser crever !": Rachida Dati tape du poing sur la table

·1 min de lecture

"Une extrême précarité." Ces mots, ce sont ceux employés par Brigitte Macron, ce mercredi 20 janvier sur RTL, pour décrire la situation économique des étudiants. Depuis le début de la crise sanitaire, certains se sont retrouvés plus isolés que jamais et ont "manqué de moyens" pour subvenir à leurs besoins ou tout simplement étudier. "C'est peut-être l'âge où l'on a le plus besoin d'être ensemble. C'est un âge aussi où votre avenir se structure, parfois, à partir des choix que vous faites. Or, parfois ils les font seuls. Parfois, ils ont besoin d'être accompagnés", a affirmé la Première dame, qui a "reçu beaucoup de signaux d'alerte sur les jeunes et les étudiants." Un avis partagé par Rachida Dati qui s'est exprimée, le soir-même, sur le sujet au micro de RTL. L'ancienne Garde des Sceaux a appelé à "ne pas laisser crever les étudiants" qui souffrent de la crise.

Face à Thomas Sotto, la maire du VIIe arrondissement de Paris a, comme l'épouse d'Emmanuel Macron, tenu à alerter sur la situation alarmante des étudiants, qui s'est empirée depuis le début de la crise sanitaire : "Ils veulent reprendre leurs cours (...) Ils ne veulent même pas de psychologues, le bon remède, c'est qu'ils reprennent leurs cours. Pour ces gens là, il n'y a pas de deuxième chance. C'est leur seule chance l'université", a-t-elle fait savoir. Face à l'isolement provoqué par la fermeture des université et la précarité à laquelle font face certains étudiants, Rachida Dati a demandé à ce qu'un "revenu de subsistance" (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Trump le retour ? "On ne peut que s'en inquiéter" craint sa nièce
L'ex-star du JT Jean-Claude Bourret prend les OVNI au sérieux
Benjamin Biolay et Chiara Mastroianni : retour sur leur rencontre improbable
Flashback - Héritage de Johnny Hallyday : comment Laura Smet a déclenché la guerre à Laeticia
Pour Ivanka Trump et Jared Kushner, le chemin de croix commence : "Les riches n'aiment pas la criminalité et la vulgarité"