"Il va bien": la maire de Montgeron donne des nouvelles du jeune homme passé à tabac en pleine rue

·2 min de lecture
La maire de Montgeron, Sylvie Carillon - BFMTV
La maire de Montgeron, Sylvie Carillon - BFMTV

Le choc et l'indignation ne retombent pas pour la maire de Montgeron, au lendemain de la diffusion à grande échelle sur les réseaux sociaux de la vidéo montrant le lynchage d'un jeune homme de 17 ans par une dizaine de personnes dans une rue de la commune essonnienne. Tandis que le voile se lève progressivement sur cet incident, Sylvie Carillon, l'édile appartenant au mouvement "Libres !", affirme que l'enquête est en cours et indique que "ce jeune homme, aujourd’hui, va bien".

"Nous n’avons pas eu connaissance de ces faits avant la diffusion de cette vidéo puisque lorsque la police, le 30 septembre, s’est déplacée sur site, il n’y avait plus personne", explique Sylvie Carillon.

Des circonstances encore floues

La maire accuse toujours le coup au regard de la violence déployée dans une séquence pourtant courte de 40 secondes.

Une enquête a été diligentée pour "faire la lumière sur toutes les circonstances des faits et les éventuelles causes de cette agression", affirme-t-elle. Le caractère homophobe de l'agression a été confirmé par les investigations car des insultes homophobes ont été entendues. La maire a, par ailleurs, confirmé que la victime était jusqu'ici inconnue des services de police et de la mairie pour d'éventuelles menaces ou violences précédentes.

Des épisodes récurrents de violence

Sylvie Carillon pointe par ailleurs la récurrence de ces épisodes de brutalité sur le territoire francilien, et interroge les causes profondes de ces agressions à la cantonade: "En ce moment, toutes les villes ont des problématiques semblables. Dans toutes les résidences sociales, ça bouge de plus en plus depuis dix ans."

"Nous, en tant que maires, nous sommes en permanence en train d’avertir les pouvoirs publics et le gouvernement sur cette montée en puissance de violences et sur la récurrence de ces violences en bande, qui sont absolument inadmissibles et contres lesquelles nous luttons au quotidien avec nos policiers, pas assez nombreux", dénonce-t-elle.

Une déclaration en écho avec un regret, que Sylvie Carillon avait partagé plus tôt ce lundi : "C'est un constat d'échec terrible."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles