Des vêtements chauds envoyés en Ukraine pour faire face au froid et aux coupures de courant

Un habitant pousse son vélo dans une rue enneigée à côté de bâtiments résidentiels détruits à Borodyanka, près de Kiev, le 4 décembre 2022. - Dimitar DILKOFF / AFP
Un habitant pousse son vélo dans une rue enneigée à côté de bâtiments résidentiels détruits à Borodyanka, près de Kiev, le 4 décembre 2022. - Dimitar DILKOFF / AFP

6°C à Kiev ce vendredi, un soleil qui se couche vers 16 heures... L'hiver en Ukraine est habituellement rude, mais il prend une nouvelle dimension cette année. Depuis octobre et une série de revers militaires sur le front, la Russie a adopté pour tactique de frapper avec ses missiles et ses drones les centrales et transformateurs électriques ukrainiens, plongeant régulièrement la population dans le froid et le noir en plein hiver.

"La plupart des régions" d'Ukraine étaient ainsi touchées jeudi soir par des coupures d'électricité après la nouvelle salve de tirs russes qui a visé dans la matinée les infrastructures électriques du pays, a déploré son président, Volodymyr Zelensky.

"C'est particulièrement difficile dans la région de Kiev et dans la capitale même, dans la région de Lviv, à Odessa, Kherson et autour, à Vinnytsia et en Transcarpatie", a-t-il déclaré dans son allocution quotidienne sur les réseaux sociaux.

Lviv, la grande ville de l'ouest de l'Ukraine, était à 90% privée d'électricité jeudi après ces frappes, selon son maire, Andriï Sadovy.

Des vêtements d'hiver pour les Ukrainiens

Pour faire face à ces difficultés, l'aide occidentale à l'Ukraine ne se limite pas aux armes et aux équipements militaires. L'Otan a ainsi fourni des "vêtements d'hiver" au pays, selon un communiqué du 21 décembre qui ne chiffre pas cette aide.

Le Royaume-Uni a annnoncé de son côté, le 10 décembre, avoir fourni 7000 "kits de froid normal" et 25.000 "kits de froid extrême" aux soldats ukrainiens.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans une vidéo publiée sur Twitter par le ministère de la Défense, une soldate britannique détaille le contenu de ces kits: on y trouve notamment des bottes, des chaussettes ou des sous-vêtements.

Les personnes déplacées particulièrement en danger

Le froid est particulièrement dangereux pour les personnes déplacées, selon l'Unicef et l'ONG International Rescue Committee (IRC). Dans un discours devant le Conseil de sécurité de l'ONU le 6 décembre, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l'ONU, Martin Griffiths, estimait que 6,5 millions d'Ukrainiens étaient déplacés à l'intérieur du pays à cause de la guerre.

Ces personnes "ont été contraintes de quitter rapidement leur maison, beaucoup d'entre eux n'emportant que ce qu'ils pouvaient porter ou mettre dans une voiture" et donc pas "de vêtements pour le froid ni de couvertures", souligne l'IRC sur son site.

Ces Ukrainiens "s'abritent où ils peuvent, souvent dans des bâtiments inadaptés aux températures glaciales", ajoute l'ONG.

Risques psychosociaux

Les personnes âgées sont aussi vulnérables face au froid et au manque d'électricité, selon l'IRC. "Généralement moins mobiles" et confrontées à un conflit qui perturbe la communauté qui les entoure, "elles perdent souvent l'accès aux services quotidiens dont elles dépendent pour se nourrir et se soigner", déplore l'ONG.

"L'électricité et les services de communication étant limités, il est également plus difficile pour les familles de s'occuper de leurs parents et de leurs grands-parents", ajoute-t-elle.

L'Unicef dit avoir distribué plus de 20 millions de dollars de fournitures pour l'hiver (des vêtements, des générateurs, des chauffe-eau...). Mais l'agence de l'ONU soulignait dans un communiqué publié le 14 décembre qu'"un hiver morose risque également d'aggraver la situation psychosociale des enfants, qui sont déjà confrontés à une crise imminente en matière de santé mentale".

L'Unicef estime que "1,5 million d'entre eux risquent de souffrir de dépression, d'anxiété, de troubles de stress post-traumatique et d'autres troubles mentaux".

Article original publié sur BFMTV.com