Véronique Piaser-Moyen, mère d’un bébé volé : "Ces gens-là n’auraient pas dû exister"

Viols, agressions, deuils insurmontables, accidents de la vie : dans "Trauma", anonymes et célébrités reviennent pour Yahoo sur un traumatisme qui a bouleversé leur vie.

Véronique Piaser-Moyen et son conjoint sont tombés de dix étages le jour où ils ont appris que leur fille, adoptée 33 ans plus tôt au Sri Lanka, était issue d’un trafic d’enfants. Pour Yahoo, cette mère de famille, auteure de l’ouvrage "Ma fille, je ne savais pas", a accepté de lever le tabou sur ce phénomène. Impliquée dans cette histoire sans le vouloir, elle s’est donnée pour mission d’enquêter sur les dysfonctionnements de ce système et a tout fait pour retrouver la trace de la mère biologique de Titania.

Comme le rappelle le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, on considère qu’il y a trafic d’enfants dès qu’un acte illégal, attentatoire à son état, est commis en vue du transfert de l’enfant d’une personne ou d’une institution à une autre. Selon les estimations, 3 000 enfants seraient victimes chaque jour de trafiquants.