Le véritable inventeur de "The Face Book" veut voir "Zuckerberg en prison"

LExpress.fr
Aaron Greenspan, l'un des plus farouches opposants du patron de Facebook, estime qu'il s'est rendu coupable d'escroquerie. Et réclame son emprisonnement.

Plus un jour ou presque ne passe sans qu'une nouvelle voix s'élève contre Facebook et son empire. Le 9 mai dernier dans une tribune publiée dans le New-York Times, l'un des cofondateurs du plus grand réseau social du monde, Chris Hugues, appelait même à son démantèlement. Mais certains vont encore plus loin, comme Aaron Greenspan. Cet ex-camarade de Mark Zuckerberg à l'université d'Harvard* a inventé le portail étudiant en ligne houseSystem, doté d'une fonctionnalité baptisée "the Face Book" qu'il estime être le concept originel de Facebook. 

LIRE AUSSI >> [DOSSIER ABONNÉS] Facebook : l'empire du faux 

Après avoir déposé plainte en 2008 contre Zuckerberg, il a réglé son différend grâce à un règlement confidentiel, que d'aucuns imaginent dispendieux. "J'apprécie son travail acharné et l'innovation qui a mené à la construction de houseSystem, y compris la fonction Universal Face Book", avait alors reconnu Zuckerberg dans une déclaration commune. "Je suis heureux que ma contribution ait été reconnue par Facebook", avait répondu Greenspan, qui n'a, depuis, jamais cessé d'attaquer la plateforme et son patron, en témoigne son rapport de 75 pages baptisé RealityCheck. Il y accuse le géant Américain de fraude massive et suggère une solution radicale à l'encontre de son patron : la prison. 

L'Express : Vous écrivez que Mark Zuckerberg est probablement l'un des plus grands escrocs de l'histoire. Quelles preuves avancez vous ? 

Aaron Greenspan : Mark a bâti une entreprise dont la valeur a atteint au maximum environ 600 milliards de dollars [de capitalisation boursière] après quinze années de tromperies et de mensonges envers ses clients. Si l'objectif initiale du programme a changé à maintes reprises au cours de cette période, ce n'était pas pour améliorer son utilité, mais seulement pour atteindre les perspectives de croissance de Mark. Aujourd'hui, je crois que plus de la moitié de la capitalisation boursière de Facebook est basée sur de fausses prétentions, ce qui rendrait l'entre...Lire la suite sur L'Express.fr

Le véritable inventeur de "The Face Book" veut voir "Zuckerberg en prison"

Facebook, l'empire du faux

Facebook modifie son apparence et mise sur l'intime

Européennes: Facebook promet de lutter contre les ingérences