LA VÉRIF. La France est-elle l'un des pays à avoir accueilli le moins de réfugiés afghans?

·3 min de lecture
Photo fournie par l'Etat-major français des Armées le 24 août 2021 montrant un soldat français surveillant l'évacuation d'Afghans à l'aéroport de Kaboul - AFP
Photo fournie par l'Etat-major français des Armées le 24 août 2021 montrant un soldat français surveillant l'évacuation d'Afghans à l'aéroport de Kaboul - AFP

Alors que de nombreux pays européens ont mis fin à leurs opérations d'évacuations depuis Kaboul, ou s'apprêtent à le faire dans les prochaines heures, plus de 100.000 personnes ont d'ores et déjà fui l'Afghanistan - 117.000 selon les derniers chiffres du Pentagone américain - aux mains des talibans depuis le 15 août dernier.

La France, qui a terminé ses évacuations vendredi soir, comme l'ont annoncé conjointement les ministres des Armées Florence Parly et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, a pu exfiltrer 2834 personnes, dont plus de 2600 ressortissants afghans, d'après les précisions apportées par Emmanuel Macron ce samedi.

Quelques jours auparavant, mardi précisément, en direct sur BFMTV, la candidate à la primaire écologiste Sandrine Rousseau regrettait que la France fasse "partie des pays qui accueillent le moins d'Afghans".

"On est à près de 600 Afghans accueillis ou en passe d'être accueillis, alors que l'Allemagne est à 10.000 et le Canada à 20.000, donc on est très très en-dessous", avait-elle poursuivi.

Moins d'évacuations en août 2021 que l'Allemagne, plus que l'Espagne

Où se situe alors la France, par rapport à ses voisins, sur le nombre de réfugiés Afghans accueillis?

A la date où Sandrine Rousseau s'exprime, le 24 août, 1800 Afghans avaient été évacués vers la France depuis Kaboul, d'après les chiffres de l'État-major des armées. En Allemagne, 1787 ressortissants afghans avait été exfiltrés au 23 août, et 3700 au 25 août, soit bien loin des 10.000, chiffre évoqué par l'écologiste sur notre antenne.

En réalité, 4400 Afghans ont été évacués au total depuis la mi-août par les Allemands, qui ont également annoncé la fin de leurs opérations ce vendredi. Même si l'État allemand - comme la France - tente de négocier avec les talibans pour que les évacuations se poursuivent après le 31 août, date-butoir fixée par les États-Unis, il s'agit, pour l'heure, d'un bilan quasi-définitif.

Ailleurs en Europe, 1898 Afghans ont été exfiltrés par l'Espagne, soit moins que la France. Le bilan de l'État français est cependant largement inférieur à celui du Royaume-Uni par exemple, qui a évacué environ 8000 Afghans, d'après les chiffres communiqués vendredi.

7494 Afghans ont bénéficié du droit d'asile en France en 2020

Cependant, si la France n'est pas la mieux classée de ses voisins européens en nombre de ressortissants afghans évacués depuis la mi-août, elle est l'une des meilleures élèves en termes d'octroi de demandes d'asile.

"Sur les trois dernières années, nous avons eu environ 10.000 Afghans et Afghanes qui sont arrivés sur le sol français, qui ont fait une demande d’asile. Nous avons octroyé l’asile à environ, en moyenne par an, 7000 Afghanes et Afghans. (...) La France a fait son devoir et n'a pas attendu cette crise du mois d'août 2021", avait déclaré à ce titre Emmanuel Macron mardi dernier, jeudi dernier, depuis Dublin.

Dans le détail, d'après le dernier rapport de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), en 2020, 10.364 Afghans ont fait une demande d'asile et 7494 l'ont obtenu.

Pour Didier Leschi, le directeur général de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), il y a "autant de demandes d'asile afghanes déposées en France qu'en Allemagne, qui sont les deux principaux pays, depuis 3-4 ans pour le dépôt d'une demande d'asile".

Sur les 10.000 demandes d'asiles déposées en France par an par des ressortissants afghans, "le taux de protection", à savoir le nombre d'Afghans qui ont bénéficié du statut de réfugié ou de la "protection subsidiaire au titre de la Convention de Genève", s'élève à "80%".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles