LA VÉRIF. La délinquance a-t-elle explosé depuis 2012 comme l'affirme Rachida Dati?

·2 min de lecture

La maire du 7e arrondissement a assuré sur BFMTV que la délinquance "a explosé entre 2012 et aujourd'hui à des taux inédits" en France. Pourtant, les chiffres sont plus nuancés. Explications.

La question de l'évolution de la délinquance divise la classe politique depuis de très nombreuses années. Rachida Dati a affirmé ce vendredi sur BFMTV que celle-ci, qui pourtant reculait sous Nicolas Sarkozy, n'avait jamais atteint de tels sommets depuis 2012.

"La délinquance a diminué entre 2002 et 2012, ça a explosé entre 2012 et aujourd'hui à des taux inédits", a affirmé la maire Les Républicains du 7e arrondissement de Paris.

Des méthodes statistiques peu fiables avant 2014

Dit-elle vrai? Tout d'abord, il est extrêmement difficile d'évaluer les chiffres de la délinquance avant 2014. C'est en effet cette année-là qu'a été créé le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI). 

Avant cette date, les méthodes statistiques utilisées pour compiler les chiffres de la délinquance variaient d'une année à l'autre ce qui rend leur comparaison très peu fiable. De plus, les statistiques de la délinquance ne prenaient en compte que les dépôts de plainte jusqu'en 2007.

Or, de nombreuses victimes ne portent pas plainte, une information que confirme le rapport d'enquête "Cadre de vie et sécurité" qui montre notamment que seulement 30% des personnes victimes d'une tentative de cambriolage ont porté plainte en 2019. Un taux bien inférieur quand il s'agit de violences verbales en dehors du domicile ou de violences sexuelles.

Du vandalisme au viol: des réalités très différentes

Quant à l'augmentation drastique dont parle Rachida Dati, elle comporte d'énormes différences en fonction des domaines. Car les chiffres de la délinquance prennent en compte une kyrielle de crimes et de délits aussi variée que le viol, la corruption ou les vols sans violence. 

Il faut noter que 2020 est une année spécifique durant laquelle la plupart des infractions ont baissé à cause de la pandémie et des restrictions qu'elle a entraîné. 

Quand on se penche sur les chiffres, l'augmentation de la délinquance ces dernières années est majoritairement dûe aux violences intrafamiliales. C'est ainsi le cas pour les cas de coups et blessures volontaires dont la dénonciation augmente surtout dans la sphère familiale.

Or, après le mouvement #MeToo et le scandale entourant Harvey Weinstein, il est possible que la libération de la parole des femmes ait joué un rôle dans cette augmentation.  

Les chiffres dans le détail montrent aussi que de nombreux actes de délinquance sont en baisse comme les homicides, les vols violents sans armes ou les vols avec armes. Il faut donc manier prudemment les chiffres liés à la délinquance car ils représentent une grande diversité de réalités différentes et doivent toujours être contextualisés.  

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles