Véran, Raoult, la morale, la science... À qui devons-nous obéir ?

*

Cet article est à retrouver dans le "Carnet des médiologues", où vous pouvez retrouver Régis Debray et sa bande chaque semaine.

Au cours des dernières semaines, nous nous sommes soumis, aux politiques qui nous consignaient à la maison, aux experts qui nous disaient de nous tenir à telle distance ou de nous laver les mains de telle manière, aux administrations qui nous envoyaient de nouveaux formulaires électroniques. Et certes, jouer au rebelle - ne pas mettre masque ou organiser un pot d'amis provocateur - aurait pu coûter la vie à grand-père. Pourquoi se révolter, alors ? On ne dresse pas de barricades contre l'OMS ni contre le bon docteur de BFMTV. Assommés de recommandations, d'ailleurs contradictoires et variables, d'un pays l'autre, d'un média à un réseau social, nous avons obéi. Or le mystère de l'obéissance, de la Boétie, ami rebelle de Montaigne, à Stanley Milgram (auteur d'une expérience sur la soumission à l'autorité surtout quand elle se déguise en blouse blanche), ne date pas d’hier. Mais il se pourrait que nous nous soumettions à des principes différents et à des outils (idéologie et médiologie) qui diffèrent suivant les époques.

Obéir ?

À l'autorité ? Ce mot n'est plus très populaire depuis une cinquantaine d'années et nous sommes tous devenus, au moins en paroles, des mutins de Panurge (dixit Muray). L'autorité qui se réclame de la légitimité de la fonction, du prestige de l'origine (ainsi du peuple français) ou de la confiance envers le chef n'a plus bonne presse. Le hiérarchique, le prestige qui provoque enthousiasme et dévouement, le respect et la tradition, le pyramidal et le garde-à-vous, tout cela n'est pas très populaire en ces temps de déconstruction tous azimuts et de dénonciation à tout va. Et pourtant comment choisissons nous de prendre de la chloroquine ou d’applaudir au confinement, sinon par la confiance que nous accordons à telle étude que nous n’avons pas lue ou à telle statistique que nous n’avons pas vérifiée ?

Lire la suite