Véran demande aux cliniques et aux libéraux de "prendre leur part" pour soulager l'hôpital

·1 min de lecture

Les cliniques privées et les médecins libéraux "doivent prendre toute leur part" pour assurer la permanence des soins "sur la fin de l'année" aux côtés de l'hôpital public qui traverse une "période difficile", a déclaré mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Un contexte difficile, entre Covid-19 et bronchiolite

"Nous sommes particulièrement attentifs aux tensions sur les services d'urgence, de pédiatrie et les maternités", a affirmé Olivier Véran lors d'un discours au salon de la Fédération hospitalière de France (FHF). Entre la recrudescence des cas de Covid-19, de bronchiolite et de lits fermés, l'exécutif entend garantir la permanence des soins, dont "l'hôpital public assure une part importante", mais dont "les établissements privés et les libéraux doivent également prendre toute leur part".

>> LIRE AUSSI - Covid-19 : pourquoi les seniors ont besoin d'une troisième dose de vaccin

 

Le ministre a donc demandé aux agences régionales de santé (ARS) "d'anticiper avec l'Ordre des médecins l'organisation de (cette) permanence sur la fin de l'année" pour les libéraux, ainsi qu'avec les établissements privés, promettant d'y "veiller tout particulièrement, pour que chacun soit mobilisé". "C'est collectivement que nous tiendrons dans les semaines qui arrivent", a-t-il ajouté, rappelant que le gouvernement a déposé lundi un amendement au budget de la Sécu prévoyant une rallonge de 1,7 milliard d'euros, essentiellement destinés aux hôpitaux afin de "dissiper toute inquiétu...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles