Veolia / Suez : dans les coulisses de la plus grande bataille du capitalisme français

·1 min de lecture

Ce lundi 31 août 2020, ensoleillé et doux, sent la fin des vacances. Dans tous les milieux économiques, un sujet anime les conversations : Veolia. Le numéro 1 mondial de l’eau a annoncé tard la veille, par surprise, son envie de mettre la main sur son concurrent historique, Suez. Deux entreprises, respectivement numéro 1 et numéro 2 mondial du marché de l’eau et des déchets, qui se connaissent autant qu’elles se haïssent. Ce mardi, le tribunal de commerce de Paris doit une nouvelle fois arbitrer entre les deux groupes. Une décision sur le fond du dossier très attendue par les protagonistes. 

Entre le lancement des hostilités et cette décision, six mois de coups bas, de manœuvres et de piques acerbes comme on en voit rarement dans le paysage industriel français. Plongée dans les coulisses d’un dossier hors normes.

Une opération surprise

Veolia, bien redressée par son PDG Antoine Frérot, rêvait de grossir et lorgnait son concurrent historique depuis longtemps. L’histoire s’est brusquement accélérée quand Engie, propriétaire de 30 % de Suez, a officialisé avant l’été 2020 la mise en vente de sa participation. Veolia, habituée des arcanes du pouvoir, a tout préparé en secret, profitant de la torpeur estivale et des vacances prises par la direction de Suez. Celle-ci a fait une erreur : refuser de croire à cette offre. Pourtant, tout Paris savait qu’Engie voulait vendre vite et bien. "Ils ont été naïfs chez Suez, ils n’ont rien vu venir", résume un bon connaisseur du dossier.

À...


Lire la suite sur Europe1