Vénus a-t-elle pu avoir un océan dans le passé ? « Notre réponse est non » !

·1 min de lecture

Aujourd’hui, Vénus est une planète sèche. Désertique. Pourtant les scientifiques se demandent si elle n’aurait pas, dans son passé, pu abriter un océan. Ressembler un peu plus à la Terre. « Non », conclut une étude réalisée par des chercheurs du CNRS et de l’université de Versailles Saint-Quentin.

Avant de raconter comment ces scientifiques français en sont arrivés là, il est bon de rappeler qu’une autre étude, publiée il y a quelques années déjà par des chercheurs américains, avait imaginé une Vénus couverte d’océans. Les simulations climatiques lancées à partir de là, avec une atmosphère semblable à celle que nous connaissons sur notre Terre, avaient alors montré que ces océans avaient tendance à s’évaporer, formant des nuages protecteurs, qui réfléchissent la lumière du Soleil. « Dans la zone dite substellaire, c’est-à-dire au point où le Soleil chauffe le plus fort, surtout, nous précise Jérémy Leconte, chercheur au Laboratoire d’astrophysique de Bordeaux. Un peu comme ce qui se passe sur Terre, au niveau de l’équateur, en somme ».

Vénus aurait été habitable jusqu’à un grand bouleversement il y a 715 millions d’années

Les travaux des chercheurs français ne viennent pas réellement en contradiction. « Nos confrères expliquent que si des océans ont existé sur Vénus, ils ont pu se maintenir, souligne Jérémy Leconte. Nous, nous nous sommes demandé si des océans avaient seulement pu se former sur Vénus. Et notre réponse est non ».

Des chercheurs du CNRS et de l’université de Versailles Saint-Quentin estiment que les conditions n’ont jamais été réunies sur Vénus pour que tombe la pluie. © Manchu, CNRS
Des chercheurs du CNRS et de l’université de Versailles Saint-Quentin estiment que les conditions n’ont jamais été réunies sur Vénus pour que tombe la pluie. © Manchu, CNRS

Quelles chances de former un océan sur Vénus ?

« Lorsqu’elles se forment, les planètes se couvrent littéralement d’un océan de magma. Un magma qui dégaze beaucoup et entretient une atmosphère très épaisse constituée notamment de dioxyde de carbone (CO2) et de vapeur d’eau (H20). L’effet de serre est intense, nous décrit l’astrophysicien. Si la planète se refroidit...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles