Le végétarisme en marche au Brésil

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Préparation de l'afogado, un plat typique de la région concocté avec du bœuf, des pommes de terre, du riz et de la farine de manioc. (illustration)
Préparation de l'afogado, un plat typique de la région concocté avec du bœuf, des pommes de terre, du riz et de la farine de manioc. (illustration)

Moins de « buchada de carneiro », à base d'abats, de « feijoada », à base de haricots et de porc, ou de « carne de sol », une viande séchée au soleil? Le Brésil, pourtant plus grand exportateur de viande au monde, devient de plus en plus végétarien, raconte le New York Times.

D'après une enquête conduite par Ibope, 14 % des Brésiliens se déclaraient végétariens ou végétaliens en 2018. C'est bien plus qu'en France, où on estime leur part à 2 %. Le journal a rencontré Luiza de Marilac Tavares, qui fournissait de la nourriture végétale à un ashram avant la pandémie.

Un marché de 30 millions de personnes

Le Covid-19 ayant fermé le lieu de culte, elle s'est tournée vers les particuliers pour joindre les deux bouts. Profitant, sans le savoir, de la demande exponentielle de plats végétariens, les commandes de Luiza de Marilac Tavares ont explosé. Si elle estime qu'un « changement de conscience est en cours », la demande va bien au-delà des cercles hindous.

Lire aussi La saga des Bissonnet, rois de la barbaque

Afin de bénéficier de cet attractif marché de plus de 30 millions de personnes, les commerçants se sont adaptés. Les supermarchés vendent désormais des aliments à base de protéines végétales et les restaurants prisés proposent des plats végétariens tout aussi innovants et délicieux que leurs voisins carnés.

La modification de la demande est devenue une puissance d'innovation. Les start-up alimentaires utilisant les plantes se multiplient et grandissent. Ce pays de [...] Lire la suite