Œuvres spoliées aux familles juives : la course contre la montre de la mission Zivie

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

"On ne se contente pas d'attendre, on sollicite les familles", confie à l'AFP l'historien David Zivie, conscient que le temps joue contre lui 75 ans après la fin de la guerre. Nommé en juin 2019 à la tête de la mission du ministère de la Culture pour la restitution des biens juifs volés par les nazis, il a conscience de mener une course contre la montre. "À des restitutions massives dans l'après-guerre, avait succédé la somnolence. Pendant quarante ans on n'en avait plus parlé. Il y a eu seulement cinq restitutions entre 1955 et 1992", souligne-t-il dans un entretien avec l'Agence France-Presse.

169 œuvres restituées depuis 1951, sur 100.000 saisies par les nazis

Depuis 1951, 169 œuvres seulement ont été restituées, avec une accélération sous la présidence de Jacques Chirac (1995-2007). Les musées restaient sur la défensive et les efforts dispersés. Il fallait une nouvelle impulsion : ce fut la mission voulue par le Premier ministre Edouard Philippe le 17 avril 2018.

On estime à quelque 100.000 les œuvres saisies en France par les nazis durant l'occupation. Après guerre, 60.000 y ont été renvoyées : à côté de 45.000 restituées entre 1945 et 1950, 13.000 étaient vendues par l'État car non réclamées.

Il restait près de 2.200 œuvres dénommées "MNR" ("Musées nationaux récupération"), de provenance incertaine, qui ont été déposées dans une centaine de musées. Inscrites dans un inventaire, elles sont restituables, et ne sont pas toutes des œuvres spoliées.

Le monde de l'art se (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi