Des œuvres d’art pillées exposées au Louvre

·1 min de lecture

Elles viennent de la nécropole de Cyrène, l’une des plus vastes cités antiques d’Afrique du Nord, en Libye, et datent de plus de 2.000 ans. Quatre bustes de femmes en marbre ont disparu de leur pays d’origine au moment des Printemps arabes. Personne ne sait précisément encore par où elles ont transité, car l’enquête est toujours en cours, mais elles viennent de faire leur entrée au musée parisien du Louvre, comme le rapporte Le Parisien.

Ludovic Laugier, conservateur des sculptures grecques au Louvre, est commissaire de l’exposition inédite contre le trafic des antiquités. Elle ne comporte "que" six pièces – ces quatre bustes cités plus haut et deux bas-reliefs – mais cette exposition a une valeur historique : depuis 2016 seulement, grâce à une révision du code du patrimoine, les musées peuvent proposer à leur public des biens saisis en douane. Il faut néanmoins l’accord du juge d’instruction.

Pour mettre en évidence le pillage de ces œuvres exposées, ces dernières sont présentées au public avec leurs scellés. Ainsi, l’un des bustes a, à son poignet, une fiche sur laquelle est inscrit : "Recel de vol aggravé, une sculpture de femme en buste, portant sa main gauche à la poitrine, Paris, juillet 2014." Les autres œuvres ont été anonymisées afin de préserver l’enquête toujours en cours pour découvrir les coupables de ce pillage historique.

"Le pillage crée des objets orphelins", déplore Ludovic Laugier dans les colonnes du Parisien. "Une œuvre pillée devient muette, pour nous c’est (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le variant indien est présent dans au moins 53 territoires, selon l'OMS
Canal+ veut diffuser les films trois mois après leur sortie au cinéma
Défenseur des droits : dans quel cas le saisir et comment ?
Trump devra-t-il rendre des comptes à la justice ? Un grand jury se réunit pour le décider
Avion intercepté par le Bélarus : une situation juridique inédite pour les gendarmes des airs