USA: Le premier budget de Biden tranche avec la période Trump

par Trevor Hunnicutt et Andrea Shalal
·2 min de lecture
USA: LE PREMIER BUDGET DE BIDEN TRANCHE AVEC LA PÉRIODE TRUMP

par Trevor Hunnicutt et Andrea Shalal

WASHINGTON (Reuters) - Le président américain, Joe Biden, a dévoilé vendredi les grandes lignes de son premier budget depuis son arrivée à la Maison blanche, marqué par une forte augmentation des crédits alloués à la lutte contre le dérèglement climatique et la violence par armes à feu, des priorités qui tranchent avec celles de son prédécesseur, Donald Trump.

Ce budget de quelque 1.520 milliards de dollars (1.260 milliards d'euros), en hausse de 8% par rapport à celui de l'exercice en cours, prévoit ainsi des investissements nouveaux dans les transports publics et l'environnement ainsi qu'un renforcement des contrôles préalables à l'achat de certaines armes, tout en supprimant les crédits consacrés à l'édification du "mur" à la frontière avec le Mexique.

Les montants destinés à la réduction des émissions de gaz à effet de serre augmenteraient de 14 milliards de dollars. Parmi les autres financements prévus en hausse figurent ceux des écoles dans les quartiers les plus pauvres et ceux voués à la recherche sur le cancer, le diabète ou la maladie d'Alzheimer, une illustration de la volonté du président de favoriser les progrès de la science grâce à l'argent public.

Le budget de la Défense, lui, à 715 milliards de dollars, serait pratiquement stable hors inflation mais inférieur à celui prévu pour l'exercice 2022 par l'ex-administration Trump.

Il prévoit entre autres une modernisation de l'arsenal nucléaire des Etats-Unis et le développement d'équipements de "résilience climatique" sur les installations militaires américaines.

Le projet présenté par la Maison blanche est peu détaillé dans les domaines dits "discrétionnaires", ceux sur lesquels le Congrès peut imprimer sa marque au fil des débats avant le début de l'exercice budgétaire, le 1er octobre.

Il n'intègre pas le plan de 2.000 milliards de dollars d'investissements dans les infrastructures présenté le mois dernier par Joe Biden, ni une éventuelle évolution de la fiscalité, mais ces deux dossiers pourraient être inclus dans le projet de budget détaillé attendu à la fin du printemps.

(Marc Angrand)