USA: Un policier tué lors d'une attaque près du Capitole à Washington

par Idrees Ali et Patricia Zengerle
·3 min de lecture
USA: UN POLICIER TUÉ LORS D'UNE ATTAQUE PRÈS DU CAPITOLE À WASHINGTON

par Idrees Ali et Patricia Zengerle

WASHINGTON (Reuters) - Un automobiliste a tenté de renverser deux policiers du Capitole vendredi avant de les attaquer avec un couteau, tuant un agent et blessant l'autre, a annoncé vendredi la police du Capitole, à Washington.

Après avoir tenté de renverser les policiers, l'automobile s'est encastrée dans une barrière, le suspect est alors sorti de la voiture pour attaquer les officiers avec un couteau, a déclaré Yogananda Pittman, chef par intérim de la police du Capitole, lors d'une conférence de presse.

"C'est avec le coeur lourd que j'annonce que l'un de nos agents a succombé à ses blessures", a-t-elle ajouté. L'autre officier a été blessé, a-t-elle précisé.

Le policier décédé, William Evans, travaillait depuis 18 dans les forces de police.

Le suspect, qui n'a pas encore été identifié, a été abattu par la police.

"L'incident ne semble pas être une attaque terroriste, l'enquête suit son cours", a déclaré Robert Contee, chef de la police métropolitaine de Washington.

Le président américain, Joe Biden, s'est déclaré affligé par cette attaque et a ordonné la mise en berne des drapeaux de la Maison blanche en l'honneur des victimes.

LE SUSPECT INCONNU DES SERVICES DE POLICE

Le Washington Post, citant des sources anonymes proches de l'enquête, a identifié le suspect comme s'appelant Noah Green et a indiqué qu'il avait une adresse dans l'Etat de Virginie.

La police a déclaré que le suspect était inconnu de ses services, qu'elle n'avait pas encore déterminé ce qui l'avait motivé et qu'elle ne l'avait pas identifié.

"Il est clair qu'il s'agissait de quelqu'un qui essayait activement de s'en prendre à n'importe qui ou n'importe quoi", a déclaré Robert Contee. "Que l'attaque ait visé les forces de l'ordre, ou qui que ce soit, nous avons la responsabilité d'aller au fond des choses et nous le ferons".

SÉCURITÉ RENFORCÉE

Il y avait peu de monde au Capitole vendredi, les séances du Sénat et de la Chambre des représentants étant suspendues pour la fête de Pâques.

Des forces de police et des soldats de la garde nationale américaine, stationnés au Capitole depuis l'attaque du 6 janvier, se sont rapidement déployés sur les lieux de l'incident et les rues entourant le Capitole et les bâtiments du Congrès ont été bouclés.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a ordonné la mise en berne des drapeaux au Capitole et a salué William Evans comme "un martyr de notre démocratie."

"Le Congrès est prêt à aider les forces de l'ordre à mener une enquête rapide et complète sur cette attaque odieuse", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Ces dernières semaines, les autorités avaient commencé à retirer les hautes clôtures surmontées de fils barbelés érigées autour du Capitole après l'attaque du 6 janvier, lorsque des partisans de Donald Trump ont tenté d'empêcher le Congrès de certifier la victoire électorale de Joe Biden.

(Idrees Ali et Patricia Zengerle, version française Camille Raynaud)