USA: Le camp républicain intensifie ses attaques contre Comey

Donald Trump et des représentants de la Maison blanche et du Parti républicain ont accentué lundi leurs attaques contre l'ancien directeur du FBI James Comey. L'ex-patron du FBI est revenu au centre de l'actualité politique américaine depuis la publication, la semaine passée, d'extraits de ses mémoires à paraître mardi. /Photo prise le 13 avril 2018/REUTERS/Soren Larson

WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump et des représentants de la Maison blanche et du Parti républicain ont accentué lundi leurs attaques contre l'ancien directeur du FBI James Comey, qui a qualifié dimanche le président américain de "moralement inapte" à exercer ses fonctions.

James Comey, limogé par Trump en mai 2017 en pleine enquête du FBI sur une possible ingérence russe dans l'élection présidentielle et une éventuelle collusion entre l'équipe de campagne de Trump et Moscou, a fait cette déclaration dans un entretien diffusé dimanche soir sur la chaîne de télévision ABC.

L'ex-patron du FBI est revenu au centre de l'actualité politique américaine depuis la publication, la semaine passée, d'extraits de ses mémoires à paraître mardi.

Dans "A Higher Loyalty, Truth, Lies and Leadership" ("Mensonges et vérités: Une loyauté à toute épreuve" dans sa version française), il compare notamment le président américain à un chef de clan mafieux.

Avant même la diffusion de cette interview enregistrée, Trump avait pris les devants en se livrant au fil du week-end à une charge contre Comey sous la forme d'une volée de tweets.

Vendredi, au lendemain de la publication des premiers extraits du livre, il s'en était violemment pris à lui, le qualifiant d'"ordure" et de "menteur".

Trump, dont le compte Twitter était resté inerte pendant la diffusion de l'interview, a repris lundi ses attaques contre Comey, l'accusant, avec "d'autres", d'avoir commis "de nombreux crimes".

Le chef de la Maison blanche n'a fourni aucune preuve confirmant ses dires à l'encontre de l'ancien directeur du FBI, qui ne fait l'objet d'aucune enquête des autorités.

Comey pourrait être entendu comme témoin dans le cadre de l'enquête sur "l'affaire russe" du procureur spécial Robert Mueller, qui cherche notamment à établir si des entraves à la justice ont été commises.

Moscou, Donald Trump et la Maison blanche nient tout méfait.

Le dernier tweet de Trump lundi coïncide avec une série d'attaques menées par les républicains et la Maison blanche.

"C'est quelqu'un qui donne une version révisionniste de l'Histoire (...) Le président est déconcerté par la capacité de cette personne à toujours détourner la lumière vers elle", a déclaré la conseillère de la Maison blanche Kellyanne Conway, lors d'un entretien sur ABC News lundi.

Le Comité national du Parti républicain a créé un site Internet, https://lyincomey.com ("Comey le menteur"), reprenant l'un des premiers termes utilisés par Trump à l'égard de Comey dans ses attaques sur Twitter.

"C'est quelqu'un qui veut de l'argent", a déclaré à propos de James Comey la présidente du Comité national du Parti républicain sur la chaîne CNN.

"Il a utilisé des conversations privées avec le président afin de les monétiser. C'est quelque chose qui décrédibilise et nous allons riposter", a ajouté Ronna McDaniel.


(Makini Brice; Jean Terzian pour le service français)