USA-Iran: L'Espagne retire sa frégate du groupe aéronaval Abraham Lincoln

L'Espagne a retiré sa frégate Mendez Nuñez (photo) du groupe aéronaval du porte-avions américain Abraham Lincoln qui fait route vers le Golfe, a annoncé mardi le gouvernement espagnol. /Photo d'archives/REUTERS/Javier Diaz (Reuters)

MADRID (Reuters) - L'Espagne a retiré sa frégate Mendez Nuñez du groupe aéronaval du porte-avions américain Abraham Lincoln qui fait route vers le Golfe, a annoncé mardi le gouvernement espagnol.

Cette frégate espagnole devait participer à des exercices avec l'US Navy mais les tensions actuelles entre les Etats-Unis et l'Iran, avec le renforcement de la présence militaire américaine dans la région, ont poussé Madrid à suspendre sa participation.

"Le gouvernement américain a pris une décision qui sort du cadre de ce qui avait été convenu avec la marine espagnole", a déclaré à Bruxelles la ministre espagnole de la Défense Margarita Robles.

L'exercice prévu avec les Américains visait notamment à marquer le 500e anniversaire de la première circumnavigation du globe réalisée par le navigateur portugais Magellan, mort pendant le voyage, et l'Espagnol Juan Sebastian Elcano.

Margarita Robles a ajouté que la frégate espagnole rejoindrait le groupe de l'USS Abraham Lincoln dès qu'on sera revenu à la mission originale.

"L'Espagne agira toujours comme un partenaire sérieux et fiable dans le cadre de l'Union européenne et de l'Otan", a-t-elle assuré.

Le Pentagone a présenté aux conseillers à la sécurité nationale de Donald Trump un projet prévoyant le déploiement de 120.000 soldats au Moyen-Orient si l'Iran venait à attaquer l'armée américaine ou à accélérer le développement de son programme d'armement nucléaire, a rapporté lundi le New York Times.

Les tensions entre Washington et Téhéran se sont accrues depuis l'annonce par Donald Trump, en mai dernier, du retrait des Etats-Unis de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien et le rétablissement progressif des sanctions économiques visant l'Iran.

Le président américain veut contraindre Téhéran à accepter un nouvel accord encadrant plus étroitement les activités balistiques et nucléaires iraniennes. Il a invité jeudi dernier l'Iran au dialogue, sans exclure une confrontation armée compte-tenu des tensions bilatérales.

(Paul Day et Jesus Aguado; Jean Terzian et Guy Kerivel pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles