Boeing recommande la suspension de certains 777 après l'incident de Denver

·4 min de lecture
BOEING RECOMMANDE LA SUSPENSION DE CERTAINS 777 APRÈS L'INCIDENT DE DENVER

WASHINGTON (Reuters) - Boeing a recommandé dimanche aux compagnies aériennes de suspendre l'utilisation des 777 étant équipés du même type de moteur qui a projeté des débris sur la ville de Denver au cours du week-end, après que le régulateur américain a annoncé des inspections renforcées et que le Japon a suspendu les vols de ces appareils.

Un Boeing 777 de 26 ans de la compagnie United Airlines équipé de moteurs Pratt & Whitney 4000 est parvenu à retourner à l'aéroport de Denver, dans l'Etat américain du Colorado, peu après son décollage samedi suite à une panne moteur.

United a fait savoir dimanche, avant l'annonce de Boeing, qu'il suspendait de manière volontaire l'utilisation de ses 24 Boeing 777 actifs équipés de moteurs P&W4000.

Boeing a déclaré que 69 avions de ce modèle étaient en service et 59 autres en dépôt, alors que les compagnies aériennes ont immobilisé des appareils à cause de la chute de la demande provoquée par la crise sanitaire du coronavirus.

L'avionneur américain a recommandé aux compagnies de suspendre les opérations avec l'appareil le temps que l'administration fédérale américaine de l'aviation civile (FAA) définisse le protocole approprié d'inspection.

Les 777-200 et les 777-300 concernés sont des versions plus anciennes et plus gourmandes en carburant que les modèles récents, et la plupart des opérateurs ont commencé à les retirer de leurs flottes.

Des images publiées par la police de Broomfield, dans le Colorado, montrent de nombreux débris d'avions au sol, dont un capot de moteur juste à l'extérieur d'une maison.

Le Bureau national de la sécurité des transports (NTSB) a indiqué que selon son examen initial, la majorité des débris étaient liés au moteur droit de l'avion.

DIRECTIVE EN URGENCE

D'après la FAA, United est la seule compagnie aérienne américaine ayant en service les modèles concernés, qui sont par ailleurs utilisés actuellement au Japon et en Corée du Sud, a précisé l'agence américaine.

Dans un communiqué, la FAA a annoncé qu'elle publiait une directive en urgence après l'incident de samedi à Denver.

Les premiers éléments sur l'incident indiquent que l'"intervalle d'inspection doit être renforcé pour les pales creuses spécifiques à ce type de moteurs, utilisés seulement sur des avions Boeing 777", a-t-elle dit.

A Tokyo, le ministère japonais des Transports a ordonné à Japan Airlines et à ANA de suspendre les 777 équipés de moteurs P&W4000 le temps qu'il étudie de possibles mesures supplémentaires.

Le ministère a précisé que le 4 décembre 2020, un appareil de Japan Airlines effectuant la liaison entre les villes de Naha et Tokyo avait dû faire demi-tour en raison d'un dysfonctionnement du moteur gauche. Une enquête sur l'incident est en cours.

Le Japon a indiqué que les compagnies ANA et Japan Airlines exploitaient respectivement avec 19 et 13 appareils de ce type, même si l'utilisation de ces avions a été réduite avec la pandémie. Japan Airlines prévoit de les retirer de sa flotte d'ici mars 2022.

Le motoriste Pratt & Whitney, propriété de Raytheon Technologies, a indiqué qu'il allait se coordonner avec les autorités et les compagnies aériennes concernant l'intervalle d'inspection de ses moteurs.

UN INCIDENT DÉJÀ EN 2018

De son côté, un responsable du ministère sud-coréen des Transports a dit attendre une action officielle de la FAA avant de donner des directives aux compagnies aériennes du pays.

Korean Airlines, qui possède 16 Boeing 777 équipés de moteurs Pratt & Whitney 4000 dont 10 sont actuellement stockés, a indiqué avoir cloué au sol de son propre chef les six avions concernés.

Asiana Airlines, qui possède neuf 777 équipés de moteurs Pratt & Whitney, a déclaré qu'elle était en discussion avec Boeing et les autorités compétentes sur les mesures à prendre.

En février 2018, un Boeing 777 du même âge exploité par United et à destination d'Honolulu a subi une panne de moteur lorsqu'un capot est tombé environ 30 minutes avant que l'avion ne se pose en toute sécurité.

Le NTSB a déterminé que l'incident était le résultat d'une fracture de l'aube de la soufflante du moteur sur toute sa longueur.

En raison de cet incident, Pratt & Whitney a examiné les dossiers d'inspection de toutes les aubes de soufflante PW4000 précédemment inspectées, a déclaré le NTSB. En mars 2019, la FAA a publié une directive exigeant des inspections initiales et récurrentes des aubes de soufflante des moteurs PW4000.

(David Shepardson à Washington, Jamie Freed à Sydney, avec Eimi Yamamitsu et Maki Shiraji à Tokyo, Tim Hepher à Paris; version française Jean Terzian et Blandine Hénault)