USA et Chine parlent d'une réplique plus musclée à Pyongyang

Les Etats-Unis discutent avec la Chine de la possibilité d'opposer à Pyongyang une riposte plus ferme au Conseil de sécurité, après les récents tirs expérimentaux de missiles balistiques nord-coréens, ce qu'habituellement cette instance de l'Onu condamne par le biais d'une "déclaration", ont indiqué des diplomates. /Photo prise le 28 avril 2017/REUTERS/Lucas Jackson

NATIONS UNIES (Reuters) - Les Etats-Unis discutent avec la Chine de la possibilité d'opposer à Pyongyang une riposte plus ferme au Conseil de sécurité, après les récents tirs expérimentaux de missiles balistiques nord-coréens, ce qu'habituellement cette instance de l'Onu condamne par le biais d'une "déclaration", ont indiqué des diplomates.

Des sanctions ont commencé à être imposées par l'Onu à Pyongyang en 2006, à l'occasion de son premier essai nucléaire. Le Conseil de sécurité a ensuite durci ses sanctions au fur et à mesure que la Corée du Nord procédait à d'autres essais nucléaires ou à des tirs expérimentaux de missiles de longue portée.

Au cours des douze derniers mois, la Corée du Nord a accru le rythme de ses essais de missiles, en tirant plusieurs dizaines de différents modèles, selon Séoul. L'essai le plus récent, qui a échoué, a eu lieu vendredi dernier, dans la foulée d'une réunion du Conseil de sécurité sur la Corée du Nord, présidée par le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson.

"L'accumulation d'actes de la Corée du Nord depuis son dernier essai nucléaire nous oblige à envisager une série de mesures destinées à accentuer la pression", a déclaré mardi un porte-parole de la mission permanente des Etats-Unis à l'Onu.

"Comme le secrétaire d'Etat Tillerson l'a dit vendredi, il n'est pas question de rester les bras croisés. Nous étudions, avec nos collègues au Conseil de sécurité, des possibilités de réplique à cette série de provocations", a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis et la Chine ont eu pour habitude de négocier de nouvelles sanctions avant d'impliquer les autres membres du Conseil de sécurité. Selon des diplomates en poste à l'Onu, les discussions en cours impliquent seulement Américains et Chinois, à ce stade.

Les Etats-Unis et la Chine pourraient, a minima, s'entendre pour condamner les essais balistiques nord-coréens dans le cadre d'une résolution, et non plus dans une simple "déclaration"; cette résolution pourrait aussi placer sur liste noire de nouvelles personnalités et entités liées au programme de missiles balistiques de Pyongyang.

C'est ce qu'avait fait le Conseil de sécurité en 2013 en réplique au premier tir expérimental d'une fusée de longue portée nord-coréenne, qui utilisait la technologie des missiles balistiques. Pyongyang avait affirmé que ladite "fusée" avait placé un satellite météorologique en orbite, mais les pays occidentaux avaient vu dans ce tir des visées militaires.

(Michelle Nichols; Eric Faye pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages