USA : les Anonymous mobilisés pour dénoncer un viol présumé

" OpRedRoll ". Depuis plusieurs semaines, ce nom de code fait le buzz sur Internet. Cette expression désigne une action lancée par le groupe d'activistes Anonymous contre les joueurs de l'équipe de football du lycée de Steubenville, une petite ville du nord-est des Etats-Unis. Les militants accusent deux joueurs des " Big Red " d'avoir abusé d'une lycéenne lors d'une fête de l'école, le 11 août dernier. Selon le " NewYork Time ", pendant la soirée, une adolescente de 16 ans, ivre et inconsciente, aurait été violée à plusieurs reprises. De nombreux témoins auraient assisté à la scène, sans réagir.Deux joueurs de foot interpellésSi la jeune fille n'a aucun souvenir de la soirée, plusieurs photos et messages postés sur le Web attestent de ce qui s'est passé. Un lycéen a par exemple publié sur Instagram une photo de la victime inconsciente, portée par deux jeunes hommes. Sur Twitter, un adolescent écrit : " La chanson de la soirée, c'est vraiment " Rape Me " (" Viole moi ") de Nirvana ". Un message suivi par un autre, tout aussi inquiétant : " Il y a un cadavre dans la ville et tout le monde s'en moque. " Un faisceau d'indices qui incite les parents de la victime à porter plainte trois jours plus tard, rapporte " Le Monde ". Mais soixante-douze heures après les faits, difficile de trouver des traces de viol sur le corps de la victime. Malgré tout, deux joueurs de l'équipe de " Big Red ", Trent Mays et Ma'lik Richmond, àgés de 16 ans, sont interpellés et mis en examen. Après avoir lancé un appel à témoin, la police a reçu très peu de témoignages. " Ce qui est particulièrement dérangeant dans cette histoire, c'est qu'il y avait beaucoup de personnes autour quand cela s'est produit ", explique le chef de la police de Steubenville, William McCafferty, au " NewYork Time ". " Personne n'a eu le (...) Lire la suite sur elle.fr

Les Anonymous s'attaquent aux pédophiles
Ado suicidée au Canada : Anonymous identifie son harceleur
USA : 6 cadavres de femmes découverts chez un violeur
Une Américaine sur cinq victime d'un viol ou d'une tentative

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.