Il est urgent d'améliorer le suivi gynécologique des femmes jeunes

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Difficultes a trouver une contraception, depistage tardif des IST... faute d'acces a une consultation chez un gynecologue, les femmes jeunes s'exposent a des risques. Cela pourrait s'ameliorer grace aux generalistes et aux sages-femmes.

Comment améliorer le suivi gynécologique des femmes jeunes ? Actuellement, ce suivi n’est pas obligatoire en France, mais les recommandations sont d’une consultation gynécologique par an, même en l’absence de problème. C’est en effet l’occasion de faire un point sur la contraception utilisée, d'informer sur les infections sexuellement transmissibles (IST) ou encore de programmer une prise de sang de contrôle.

Malheureusement, cette prise en charge est rarement aussi régulière. En 2008 déjà, un sondage de l’Institut BVA réalisé sur 1.030 femmes âgées de 15 à 75 ans révélait que 14% des femmes interrogées n’étaient pas suivies en gynécologie. Et 29% des autres consultaient moins d’une fois par an. Une carence particulièrement marquée chez les plus jeunes, entre 15 et 24 ans, qui ne sont que 69% à consulter régulièrement, selon le Baromètre santé INPES Les comportements de santé des jeunes de 2010.

"Créer une habitude"

Or, il est primordial pour les femmes jeunes de "créer une habitude" et de les "sensibiliser à l’importance d’un suivi à tous les âges, notamment quand le risque de cancer gynécologique augmente" nous explique Bérénice Merle-Béral, étudiante en médecine qui réalise actuellement une thèse sur le suivi gynécologique des femmes entre 18 et 30 ans. Un âge particulier où "les risques d’IST, de grossesses inattendues (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi