Urgences de Pontoise : 90 % des soignants en arrêt-maladie pour dénoncer des conditions de travail dégradées

© UGO AMEZ/SIPA

Les urgences de l’hôpital Novo de Pontoise (Val-d’Oise) sont secouées par des arrêts-maladies en cascade de la part des soignants. Ces derniers sont environ 90 % à ne pas travailler ce lundi pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail, relate l’AFP. Le compte UrgencesEnArrêtMaladie, qui regroupe des soignants du service urgence, a révélé ce chiffre inédit sur Twitter : « 90 % de l'effectif soignant des Urgences Adultes de l'Hôpital de Pontoise est en arrêt-maladie depuis ce matin, une grande première en IDF (Île-de-France) !! Les agents se retrouvent dès 9h à la Direction. » 

Lire aussi - Grève des médecins : « Macron n’a pas intégré les demandes du terrain », regrette le collectif de soignants

Des arrêts-maladies confirmés par l'hôpital, l'Agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France et la préfecture du Val-d'Oise. Le directeur de l'hôpital Novo de Pontoise, Alexandre Aubert, a également précisé ce lundi matin, face à la presse dont l’AFP, que 49 personnes étaient en arrêt-maladie, soit « 63 % de l'équipe globale ».

Un « plan blanc » réclamé

Mardi, des discussions devraient avoir lieu entre la direction et le personnel soignant afin de trouver des solutions pour améliorer les conditions de travail. Le personnel pointe un manque d’effectifs et de place dans leur service . Ces tensions ont été amplifiées avec la triple épidémie en cours de Covid-19, grippe et bronchiolite, rappelle l’AFP.

Les soignants réclament également à ce qu’un « plan blanc » soit imméd...


Lire la suite sur LeJDD