Des urgences à Nancy obligées de fermer temporairement face au manque de soignants

La situation est critique dans de très nombreux hôpitaux de France. Au moins 120 services d'urgences ont été obligés de limiter leurs activités où s'y préparent, selon l'association Samu Urgences de France. Un exemple parmi tant d'autres : celui des urgences de la clinique de Gentilly, à Nancy, en Meurthe-et-Moselle. Faute de médecins, le service a dû fermer ce mardi et jusqu'à jeudi. Les seules autres urgences de la ville, celles de l'hôpital public, s'organisent pour gérer un éventuel afflux de patients.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Il manque des médecins pour remplir les plannings

Sur la façade de cette clinique privée, un tissu blanc recouvre le mot "urgences" et un papier collé sur la porte indique que le service est exceptionnellement fermé . Julien Bellemin-Noël, directeur des opérations de la clinique, n'a pas eu le choix. "C'est la première fois que cela arrive" soupire-t-il. "Nous faisons face à des difficultés de recrutement de praticiens et l'été approchant, c'est d'autant plus compliqué. On travaille activement pour faire en sorte de pallier ces trous dans les plannings et de ne pas avoir à reproduire cette fermeture", explique-t-il.

thumbnail 2000
thumbnail 2000

...
Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles