Urgence. Mieux détecter les émissions de gaz nocifs pour l’environnement

·1 min de lecture

Dans un article de Nature, des chercheurs plaident pour le renforcement de la surveillance des émissions de substances nocives pour la couche d’ozone et de gaz à effet de serre. Leur idée : construire de nouvelles stations d’observation dans les pays en voie de développement.

En 2010, le trichlorofluorométhane, massivement utilisé pour ses propriétés réfrigérantes, est interdit à l’échelle mondiale. La raison ? Ce gaz endommage la couche d’ozone stratosphérique de la Terre. Pourtant, huit ans plus tard, apparaissent dans les radars de scientifiques chinois des émissions récentes du CFC-11. On réussit à identifier d’où provient la pollution : de la production d’isolant en mousse de polyuréthane.

À lire aussi: L’industrie de la construction chinoise utilise un gaz illégal

“Cette surprise ne sera pas la dernière, à moins que quelque chose ne soit fait prochainement pour améliorer la surveillance des autres gaz qui détruisent la couche d’ozone et provoquent le changement climatique”, avertissent trois scientifiques dans un article paru le 19 juillet dans la revue scientifique Nature.

Un réseau de surveillance lacunaire

Mais comment s’assurer que les pays respectent bien le protocole de Montréal, qui encadre les émissions de substances destructrices de la couche d’ozone ? Que leurs émissions de gaz à effet de serre respectent l’accord de Paris ?

“Des observations de terrain sont nécessaires”, selon les auteurs américains, qui travaillent dans les domaines de la chimie atmosphérique et des sciences de la Terre au sein de l’Institut océanographique Scripps, de l’université d’État du Colorado et du centre de vol spatial Goddard de la Nasa.

À lire aussi: Climat. D’où viennent les émissions de gaz à effet de serre ?

Les stations de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles