Universités. Les jeunes Chinois moins séduits qu’avant par les études à l’étranger

·1 min de lecture

À mesure que les universités chinoises grimpent dans les classements internationaux, les diplômes occidentaux ne sont plus aussi recherchés par les employeurs locaux.

La catastrophe que craignaient certaines universités américaines ou britanniques ne s’est pas produite : la crise sanitaire n’a pas fait fuir les étudiants chinois. Pourtant divers signaux laissent penser que leur nombre pourrait baisser dans les années à venir sur les campus occidentaaux, analyse The Economist.

En 2019, 700 000 Chinois avaient choisi d’étudier à l’étranger – soit trois fois plus qu’en 2009 – et plus de la moitié d’entre eux (370 000 au total) étaient inscrits dans les universités américaines, où ils représentaient environ un tiers des étudiants étrangers. En 2020, malgré la pandémie, le nombre de jeunes Chinois poursuivant des cursus universitaires aux États-Unis n’a baissé que de 15 % (en tenant compte de ceux qui ont étudié à distance). “Ce n’est pas l’effondrement prédit par certains”, constate The Economist.

À lire aussi: Conseils. Tout savoir sur les études en Chine

Même constat en Australie où la baisse des inscriptions en provenance de Chine est chiffrée à 7 % alors que les inscriptions d’étudiants indiens ont chuté de plus d’un tiers. “Les étudiants chinois se sont montrés mieux disposés à accepter l’apprentissage en ligne que leurs pairs d’autres nationalités.”

Les universités britanniques font mieux : en 2020, le nombre d’étudiants chinois inscrits en premier cycle a augmenté de 30 %. Nouvelle augmentation en 2021 : + 17 %. Un phénomène que le magazine économique explique par les nouvelles règles qui autorisent désormais les étudiants étrangers à rester plus longtemps au Royaume-Uni après l’obtention de leur diplôme pour acquérir une première professionnelle.

Les étudiants chinois reconsidèrent

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles