Des universités européennes prolongent les vacances de Noël pour faire des économies

Photo Pixabay/cc

En Europe, de plus en plus d’universités envisagent de prolonger les vacances de Noël ou d’opter pour des enseignements à distance dans le but d’économiser sur des factures d’énergie qui menacent d’exploser, rapporte le Times Higher Education.

C’est notamment le cas de la totalité des établissements d’enseignement supérieur en Slovaquie, qui vont fermer leurs portes dès le 17 novembre – plus d’un mois avant Noël – pour tenter de faire face à des dépenses en hausse de quelque 17 millions d’euros sur l’année universitaire en cours.

En Pologne, l’Université de Bialystok prévoit pour sa part de dispenser la totalité des cours en ligne durant un mois à partir du 7 janvier, tandis que la plus ancienne université du pays, l’Université Jagellon de Cracovie, a inauguré l’année universitaire par dix-sept jours d’enseignements à distance. Une disposition qu’elle pourrait être amenée à renouveler à plusieurs reprises au cours des mois à venir – l’équipe dirigeante étudie en outre la possibilité de fermer l’université chaque vendredi.

Horaires réduits pour les bibliothèques

En Allemagne, l’Université d’Erfurt va fermer ses bibliothèques le week-end et dispensera ses cours à distance du 19 décembre au 14 janvier. Le personnel administratif est également invité à travailler à domicile. “En fermant la bibliothèque le week-end, nous pouvons économiser beaucoup d’énergie, environ 10 000 kWh d’électricité par mois, ce qui correspond à peu près à la consommation annuelle d’un ménage de quatre personnes, sans compter le chauffage”, s’est justifié son président.

En Belgique, l’Université catholique de Louvain étudie pour sa part la possibilité de fermer certains bâtiments plus tôt en fin de journée ou le week-end, rapporte La libre Belgique, tout en précisant qu’une “fermeture totale de l’université ou le basculement en virtuel ne sont pas à l’agenda”.

Le Times Higher Education note que la France n’est pas épargnée puisque l’Université de Strasbourg vient d’annoncer qu’elle allait fermer ses locaux deux semaines supplémentaires cet hiver. “Chaque jour de chauffe coûte 120 000 euros”, explique Michel Deneken, son président.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :