Union des gauches : pas encore de "dynamique" sans Mélenchon, avertit Adrien Quatennens

·1 min de lecture

Pendant environ trois heures, les forces de gauche ont échangé ce samedi matin dans un hôtel parisien à quelques mois désormais de l'élection présidentielle de 2022 à l'initiative du député européen écologiste Yannick Jadot. Parmi la vingtaine de dirigeants et cadres de gauche rassemblés, la maire de Paris Anne Hidalgo était notamment présente pour le Parti socialiste, ainsi que Benoît Hamon et des représentants de La France insoumise (LFI) et du Parti communiste. La réunion a débouché sur une volonté de "respect mutuel" et la promesse d'un nouveau rassemblement fin mai élargi à des collectifs citoyens comme "2022 en commun" ou "Plus jamais ça" et porté sur le programme et les combats contre le gouvernement et la droite.

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici

"Attention à ce que les uns et les autres racontent"

A l'issue de la réunion, "ne faisons pas l’erreur de croire qu’il pourrait y avoir une quelconque dynamique qui exclurait le candidat qui aujourd’hui est en tête dans les sondages à gauche, Jean-Luc Mélenchon", le chef de file des Insoumis, avertit le coordinateur de LFI Adrien Quatennens samedi soir sur Europe 1. "C'est bien" que cette réunion "ait eu lieu et qu'on se soit accordé sur ces quelques points", affirme le député du Nord. Mais celui-ci prévient les électeurs de faire "attention à ce que les uns et les autres racontent" au terme de ce rendez-vous. "Je mets en garde contre ce qui pourrait être interprété", insiste-t-il.

Dans son v...


Lire la suite sur Europe1